Partager

Pendant trois jours de concertations intenses, parfois houleuses, entre les membres des différentes commissions notamment la commission de l’Enseignement Secondaire, Supérieur et de la Recherche Scientifique, celle de l’Education de Base, de l’Alphabétisation et des Langues Nationales et enfin la commission de l’Enseignement Secondaire, Général Technique et Professionnel, plusieurs recommandations ont été proposées après le diagnostic des maux dont souffre l’école malienne.

La cérémonie de clôture de ces concertations régionales de Bamako était présidée par le Gouverneur du District Ibrahima Féfé Koné, en compagnie des membres du comité de pilotage des travaux dirigés par le colonel Youssouf Traoré, ancien ministre de l’Education et son vice-président Souleymane Koné, Direction Nationale de l’Enseignement Secondaire Général.

Les problèmes identifiés

Toutes les trois commissions ont mentionné des problèmes et fait des propositions les solutions et des recommandations en cas de nécessité. D’une part, il s’agit des problèmes tels que le manque de rigueur dans la gestion de l’administration, l’incompétence des responsables, la mauvaise organisation, le non respect des engagements entre les syndicats, l’AEEM et le gouvernement, l’immixion des autorités supérieures de l’Etat dans la gestion universitaire, la fuite de responsabilités, les abus du pouvoir.

D’autre part, il a été fait état de l’insécurité dans le milieu scolaire, universitaire, la problématique des cadres juridiques des contractuels, l’insuffisance d’enseignants qualifiés et leur répartition entre les écoles, le mauvais comportement des enseignants envers les élèves et étudiants, la problématique de la gestion de l’AEEM, la pléthore des élèves dans les lycées, l’insuffisance des infrastructures, des matériels, de bibliothèques.

Aussi, le problème de l’inadaptation entre le programme des formations initiales des maitres et les innovations pédagogiques, la problématique du privé dans l’enseignement secondaire général, technique et professionnel, l’équité du genre ont été aussi soulignés.

Les solutions envisagées

Pour renverser la tendance, il a été question de dépolitiser l’école, de prendre des engagements cohérents, de mobiliser des ressources financières, matérielles. Il faut ensuite le respect dans la hiérarchie, l’exercice de l’autorité en assurant sa charge, la création d’un poste de médiateur pour l’amélioration des conditions de vie et de travail dans le milieu scolaire et universitaire, la hause des salaires, la culture la conscience professionnelle, la responsabilisations des acteurs de l’école.

Parmi les différentes propositions, on peut citer l’assurance du suivi et de la mise en œuvre des textes législatifs et réglementaires, mais aussi le respect et l’application stricte des textes. En tout cas s’il faut aujourd’hui que l’école revienne à l’école, sans condition, les autorités doivent mettre fin à l’impunité, au laxisme, à l’inapplication des textes. Car personne n’est au-dessus de la loi si on est dans un Etat de droit.

Les discours de cloture

Selon colonel Youssouf Traoré, le président d’honneur des concertations, tout le monde est unanime que notre éducation est malade, et elle a besoin de concours de tous les Maliens. Mais il a insisté que la première solution est que le débat soit caractérisé par la vérité et le seul choix de sacraliser notre école et l’éducation en général dont la première responsabilité revient à l’Etat.

Quant au Gouverneur du District, président de la cérémonie, il a souligné: “Pendant trois jours, vous avez fait un diagnostic sans complaisance des problèmes que connaît notre école. Vous avez également proposé des solutions. En effet, ces débats ont démontré votre volonté de restaurer l’école malienne dans sa situation d’antan”.

Il dira enfin qu’à l’image de ces concertations franches et fructueuses, notre école ne sera plus malade, car à partir d’ici, elle retrouvera sans doute son nouvel souffle. Rappelons que ces concertations sur l’éducation se tenaient dans toutes les autres régions du pays du 25 au 27 août 2008

Hady BARRY

01 septembre 2008