Partager

Les comptes extérieurs du Mali, à savoir la balance des paiements et la position extérieure globale, sont au cœur des échanges de la 6e journée de diffusion des comptes extérieurs du Mali. Au titre de 2012, le Mali a réalisé un taux excédentaire de 57,014 millions de F CFA.

Le rapport sur « la balance des paiements et la position extérieure globale » produit par la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bcéao) au titre l’année 2012 indique un taux excédentaire de 57,014 millions de F CFA réalisé par le Mali. Il est au centre des échanges de la journée de diffusion des comptes extérieurs du Mali.

Malgré le contexte difficile de l’année 2012 dont le taux de croissance est ressorti à la baisse -0,4 %, selon la Bcéao, le solde commercial, principale composante du compte des transactions courantes, est ressorti excédentaire pour la première fois depuis six ans en atteignant 57,014 millions de F CFA.

Cette performance s’explique par la progression des exportations d’or (+261 419 millions de F CFA) en raison de la hausse du cours et du volume d’or exporté et aussi par les ventes par anticipation du coton-fibre à un cours favorable. Ainsi, la couverture des importations par les exportations a été mieux assurée avec un taux de 103,9 %.

Le rapport note que l’incidence des transactions économiques et financières a été globalement positive sur les avoirs extérieurs nets du système monétaire malien qui ont augmenté de 1118 millions de F CFA. Mais elle a été négative sur la position extérieure globale nette du Mali qui s’est dégradée de 94,694 millions de F CFA.

Le thème pour cette 6e journée de diffusion des comptes extérieurs est relatif au « solde courant de la balance des paiements : analyse des principales évolutions et proposition de mesures pour la résorption de ses déséquilibres ». Les agents économiques établis au Mali et intervenant dans les échanges économiques et les opérations financières avec les non résidents sont concernés par les données.

Il s’agissait, pour les acteurs économiques et financiers, d’échanger en profondeur sur le thème, mais aussi d’élargir les discussions à l’évolution des prix à la consommation en 2013. L’accent a été mis sur les origines internes et externes de l’inflation.

Le ministre de l’Economie et des Finances, Mme Bouaré Fily Sissoko, s’est félicitée de la tenue régulière des journées de diffusion des comptes extérieurs. Elle a noté qu’au fil des années, les décideurs politiques et les acteurs du secteur privé s’approprient de plus en plus la balance des paiements, instrument fondamental pour l’analyse, la décision et la formulation des politiques économiques.

Pour le directeur national de la Bcéao pour le Mali, Konzo Traoré, ce thème revêt une importance capitale pour les pays de l’Union en général et pour le Mali en particulier parce que, dira-t-il, la persistance du déficit courant de la balance des paiements, constitue un risque pour la viabilité des comptes extérieurs.

« Cela dans un contexte marqué, d’une part par la mise en œuvre de programmes ambitieux de développement et, d’autre part, par la persistance des incertitudes sur la mobilisation des flux de financement étrangers, qui ont jusqu’ici permis de couvrir le déficit courant », a-t-il expliqué.

Il s’agissait, pour les protagonistes du secteur bancaire, aux termes de la journée d’échange, d’aider à la formulation de mesures de politique économique permettant au Mali de maîtriser le déficit courant.

Aminata Traoré

28 Mai 2014