Partager

L’équipe gouvernementale de 26 membres, composée par le duo Amadou Toumani Touré – Modibo Sidibé, a fait des heureux au nombre desquels se trouvent les huit ministres reconduits et les 18 nouveaux autres. Il y a eu également des déçus comme Djibril Tangara qui ne jurait que par ATT et son épouse, Lobbo Traoré, Ousmane Thiam, considéré comme le laudateur du couple présidentiel.

On dénombre aussi quelques surpris, à l’image de Choguel Maïga, Gaoussou Drabo, Marimanthia Diarra. Tous les trois a le même nombre de départements que le parti de la poignée de mains : N’Diaye Ba de l’Artisanat et du Tourisme et Mme Maïga Sina Damba de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille.

Le MPR, l’US-RDA, le RND, l’UMP, le REDD ont chacun un ministre. Il s’agit respectivement de Mme Diallo Madeleine Ba de l’Elevage et de la pêche, Badra Alou Macalou des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, de Mme Diabaté Fatoumata Guindo, chargée des Relations avec les Institutions, porte-parole du gouvernement, de Amadou Touré des Enseignements Secondaire, Supérieur et de la Recherche Scientifique, de Mme Sidibé Aminata Diallo de l’Education de Base, de l’Alphabétisation et des Langues nationales.

Précisons qu’en dehors de Oumar Ibrahim Touré et de N’Diaye Ba, les autres ministres politiques sortants n’ont pas été reconduits. A ces deux s’ajoutent six autres de la société civile, maintenus dans le gouvernement : le Général Kafougouna Koné de l’Administration Territoriale et des Collectivités locales, Moctar Ouane des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Ahmed Diane Semega de l’Equipement et des Transports (il détenait précédemment le portefeuille des Mines et de l’Energie) Abou-Bacar Traoré des Finances (il perd désormais l’Economie) le Général Sadio Gassama de la Sécurité Intérieure et Natié Plea de la Défense et des Anciens combattants (il occupait le département de la Jeunesse et des Sports).

Ce sont donc huit ministres qui ont été reconduits dans la l’équipe gouvernementale auxquels sont venus s’ajouter 18 nouveaux.

Parmi ceux-ci, il faut noter la présence dans le gouvernement du président de la communauté arabe du Mali, Mohamed El Moctar, qui est désormais ministre de la Culture.

Il est bien connu comme étant le gendre de l’ancien ministre de l’Agriculture, feu Moulaye Haïdara. Il y a également le président de la Fédération malienne de basket ball, Hamane Niang, qui y figure en qualité de ministre de la Jeunesse et des Sports.

Les déçus

Voilà les grands heureux du début du quinquennat du président, Amadou Toumani Touré. Cependant, on dénombre une vingtaine de mécontents voire de déçus.

Au premier rang, le brillant ministre sortant du Commerce et de l’Industrie, Choguel Kokala Maïga du MPR qui a un bilan très flatteur et dont le parti et lui-même se sont politiquement engagés, corps et âme, auprès du chef de l’Etat, Amadou Toumani Touré. Son éviction du gouvernement pourrait être expliquée par le lourd contentieux de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali.

Djibril Tangara de la Force Citoyenne Démocratique (FCD) qui ne jurait que par le nom de ATT etde Lobbo Traoré, la première dame, a également perdu son fauteuil au Développement Social. Un départ peu étonnant lorsqu’on sait qu’il a un discours creux et que la création de son parti, la FCD, n’a pas eu la bénédiction du locataire de Koulouba.

Que dire de Ousmane Thiam des Investissements et des Petites et Moyennes entreprises, porte-parole du gouvernement, considéré par l’opinion publique comme étant le plus grand griot du président de la République ?

Sa propension à vouloir toujours paraître au premier plan et surtout à empiéter sur les prérogatives du ministère du Commerce et de l’Industrie – ce qui a constitué une source permanente de conflit entre son département et ce dernier – lui a valu, entre autres raisons, son absence dans l’équipe Modibo Sidibé.

Que dire également de Seydou Traoré de l’Agriculture qui s’est toujours montré plus proche du Mouvement citoyen que de son parti, l’ADEMA, dont il est le Secrétaire politique.

Pour rester au gouvernement, n’aurait-il pas offert un cadeau royal à la fille du président en guise de cadeau de mariage ? C’est pour cette raison et surtout sa mauvaise gestion du ministère de l’Agriculture que Seydou Traoré n’est pas resté dans le gouvernement.

En effet, le dossier relatif aux malversations financières de son département est, entre les mains du procureur anti-corruption, Sombé Théra. Seydou Traoré lui-même a été plusieurs fois entendu au Pôle économique. Il bénéficie, certes, de la présomption d’innocence. Mais son départ du gouvernement permettra d’accélérer les enquêtes et de boucler rapidement le dossier qui n’a que trop duré dans les tiroirs de la justice.

Une autre déçue, c’est bien Me Fanta Sylla de la Justice dont la gestion des hommes à la tête de son département a été calamiteuse. Jamais, la justice n’a été aussi décriée que sous son règne. C’est elle qui serait à la base de l’arrestation des journalistes dans l’affaire dite de la «maîtresse du président de la République». Une situation qui a un peu écorché l’image positive du président ATT au sein de l’opinion nationale et surtout internationale.

Les surpris

S’il y a un surpris, c’est bien Choguel Maïga qui est à la fois déçu et surpris. Rien, jusqu’à la lecture du décret présidentiel par le Secrétaire général du gouvernement, Fousseyni Samaké, n’indiquait l’absence du président du MPR au sein de l’attelage gouvernemental. Porte-parole de ATT durant la campagne présidentielle avec Me Mountaga Tall du CNID, Tiémoko Sangaré de l’ADEMA, Amadou Touré de l’UMP, le chef des tigres a bien sa place dans l’équipe Modibo Sidibé. Mais le président en a décidé autrement.

Un autre surpris s’appelle Gaoussou Drabo. Lui qui a la réputation d’être un conseiller occulte du chef de l’Etat, ne traînant aucune casserole s’attendait également à figurer dans le nouveau gouvernement. Cependant, il a raté le coche. Pour quelles raisons ? Sa gestion peu orthodoxe de l’aide à la presse et celle des organisations professionnelles des médias ont-elles fini par le rattraper ? Aller savoir.

Marimanthia de l’ADEMA, ministre du Plan sortant, ami personnel de ATT, fait figure sur la liste des surpris. Parce qu’il a un bilan positif à la tête de son ministère et s’est beaucoup investi comme d’autres pour faire de ATT le candidat des abeilles à la présidentielle dernière.

N’a-t-il pas trahi Soumaïla Cissé au profit du Général en 2002 ? La réponse est oui. Ce qui n’a pas empêché le locataire de Koulouba à lui retirer sa confiance.

Chahana TAKIOU