Partager

En prélude aux élections communales, annoncées pour avril 2009, le gouvernement a décidé, conformément à la loi électorale, de mettre en place la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). C’est dans ce cadre que le ministre en charge d’organiser les élections, le Général Kafougouna Koné a convié le lundi 15 septembre, les partis politiques dans la salle de conférence de son département.

Il leur a demandé de s’entendre sur la clé de répartition des dix sièges qui leur reviennent au vu de la loi électorale. Ils ont discuté entre eux, sans parvenir à un accord.

Le lendemain, hier mardi ils se sont retrouvés au même lieu. Durant trois longues heures, ils échangé pour enfin ne pas se comprendre. Présidée par le colonel, Youssouf Traoré, la rencontre a pris fin sur un constat de carence, remis au secrétaire général du département, Babou Traoré.

En effet, la majorité a proposé trois sièges pour l’opposition contre sept pour elle – même tandis que l’opposition suggère cinq sièges pour chaque partie. L’argumentaire développé par la majorité tourne autour de sa représentativité au parlement. Quant à l’opposition, elle se fonde sur l’équité et la transparence au sein de cette structure, chargée de superviser les élections. Le dialogue de sourds a prévalu et le désaccord a été soumis au ministre Kafougouna Koné qui a désormais le dernier mot pour trancher cette affaire. A suivre

ChahanaTAKIOU

17 Septembre 2008