Partager


Du 21 au 25 Avril 2008, une délégation de la ville de Bamako, conduite par le Maire de la Commune VI du District, M. Souleymane Dagnon, s’est rendue en mission à Lyon, en France. Elle était composée du 5e adjoint du maire, M. Ténémakan Koné, du Médecin-Chef du Centre de Santé de Référence (CSR) de la Commune VI, M. Boubacar Traoré, et du Chef du projet PALU de la Mairie du District de Bamako, M. Mamadou Doumbia,

L’objectif de la mission était de rencontrer les autorités locales en vue d’échanger sur les expériences des services techniques et le corps des hospices civils de Lyon impliqués dans le volet Santé du partenariat entre Villes Unies contre la Pauvreté (VUP) et le District de Bamako.

La mission ayant été couronnée d’un succès éclatant, le Maire Souleymane Dagnon et sa délégation sont retournés à Bamako avec, dans leurs valises, des matériels pour l’équipement du complexe sanitaire Mère-Enfant en construction au Centre de Santé de Référence de la Commune VI.

Aussi, pour le chef de l’Exécutif communal, l’occasion était bonne pour échanger avec la Presse. D’entrée de jeu, le Maire Dagnon, assisté de son 5e adjoint, M. Ténémakan Koné, est revenu sur toutes les activités et visites menées par la délégation durant son séjour lyonnais.

Tout a donc té passé en revue : le déjeuner de travail avec Jean-Michel Daclin et Hubert Julien Laferrière du département de la Coopération décentralisée de la Mairie de Lyon, la conférence-débat sur la Journée internationale de lutte contre la paludisme à la Faculté de Médecine de Lyon, la visite à l’hôtel de ville de Lyon…

Au cours de ce voyage, le Maire de la Commune VI et sa délégation ont eu le temps d’exposer les besoins et attentes de la ville de Bamako, dans le cadre du patenariat Villes Unies contre la Pauvreté (VUP), dont la ville de Lyon est un maillon essentiel de la chaîne.

En effet, dans le cadre de ce partenariat, la Commune VI a déjà bénéficié du financement et de l’appui technique de la ville de Lyon, dans le cadre de la réalisation de mini-égouts et la distribution de moustiquaires imprégnées.

Quant aux questions sanitaires, elles ont été développées par le Médecin-Chef du Centre de Santé de Référence (CSR) de la Commune VI, le Dr Boubacar Traoré. Ainsi, la stratégie nationale de lutte contre le paludisme, chez les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes, a été disséquée, point par point, par le Dr Traoré, qui n’a pas non plus oublié de souliger, à ce niveau, la gratuité des soins.

Avec le Pr Picot -un grand ami du Mali, et de la Commune VI en particulier-, le Dr Traoré est aussi à la base de l’élaboration du document de projet d’équipement du futur Complexe Mère-Enfant du Centre de Référence de la Commune VI. Un document adressé, du reste, à la Collectivité Territoriale Française (HUMATEM), 65, place de la mairie, 74 310, les Houces, Lyon.

D’une rencontre d’échanges avec l’Attaché d’administration des Services Economiques de l’Hôpital Edouard Heriot, le Dr Traoré et le Pr Picot sont sortis avec une promesse ferme faite pour la mise à disposition de matériel médical.

Comme pour joindre l’acte à la parole, le Maire Souleymane Dagnon et sa délégation sont rentrés avec, dans leurs bagages, un premier lot de matériels composé d’un Monitori Phoetal, un pèse-bébé, un ballon avec enduit de réanimation pour nouveau-nés, et beaucoup de médicaments.

Le gros du matériel médical en attente, promis pour fin Juin 2008, est constitué de lits d’hôpital médicalisés, de tables de réanimation pour nouveau-nés (tables chauffantes avec rayon ultra-violets (ce dont l’hôpital Gabriel Touré ne dispose pas encore), des couveuses, des berceaux, des tables d’accouchement et d’autres consommables. A ce matériel s’ajoute une toise en aluminium, pour bébés.

Ce qui rend cette acquisition importante, c’est que le Centre de Référence de la Commune VI ne dispose que d’une toise pour bébés, mais en bois et vieille de plus de dix ans. Et que le coût total de ces matériels gratuitement offerts par les partenaires lyonnais à la Commune VI, est estimé à 360 000 euros, soit un peu plus de 254 millions de Francs CFA.

L’on peut donc affirme , sans conteste, qu’à travers Villes Unies contre la Pauvreté ( VUP), le partenariat Lyon-Bamako vient d’ajouter un plus au bien-être des Maliens. N’est-ce pas là un bel exemple du partenariat Nord-Sud ?

Adama S. DIALLO

13 Mai 2008