Partager

Entre le Syndicat libre de la magistrature (Sylima) et le ministre de la justice et des Droits de l’homme, la tension monte d’un cran. La méfiance est à son comble. Les deux parties s’accusent mutuellement sur la télévision nationale.

Le divorce entre le ministre de la justice Mohamed Bathily et le Sylima semble être consommé. Au cours d’une conférence de presse, le 16 octobre 2014, le président du Sylima, Adama Yoro Sidibé, a fustigé le Ministre Bathily. Visiblement déçu par le comportement de son ministre de tutelle, il le traitera de ministre incompétent et transgresseur des textes. «Bathily n’a aucune notion républicaine. Il n’est ni un ministre compétent encore moins un partenaire loyal et respectueux des textes. Il est l’imposture et la démagogie drapées du vernis républicain. Il doit revenir dans la République et arrêter l’opportunisme», a-t-il copieusement insulté le ministre.
Quelques jours après cette sortie médiatique du Sylima, un communiqué du ministre de la Justice, des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux a été lu à la télévision nationale (Ortm), ainsi libélé : «Le Ministre de la Justice, des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux se félicite de la tenue d’une discussion le mercredi 15 octobre 2014 avec le Syndicat Autonome de la Magistrature (SAM) et le Syndicat des Greffiers et des Secrétaires de Greffes sur les préoccupations de la justice.

La rencontre a permis d’échanger sur plusieurs questions intéressant la vie, les conditions de travail et le fonctionnement de la justice.
Le ministre de la justice regrette l’absence du Syndicat Libre de la Magistrature (Sylima) à cette rencontre malgré son invitation et tient à remercier vivement le Syndicat autonome de la Magistrature et le Syndicat des greffiers et secrétaires de greffe pour leur ouverture et la pertinence des idées constructives qui en ont résulté.

Des études seront menées sur des perspectives innovantes en vue d’améliorer les conditions de vie du personnel judiciaire en toute objectivité en espérant que ces études et propositions donneront les résultats escomptés. Le ministre de la justice réitère sa disponibilité toujours renouvelée à rester à l’écoute des syndicats en vue d’une meilleure distribution de la justice et une saine application de la loi ».
Outré par ce communiqué accusateur, qu’il juge à demi-mot mensonger et calomnieux, le Sylima est revenu à la charge. Dans un autre communiqué lu à l’Ortm, le Syndicat libre de la magistrature a formellement démenti le communiqué du ministère de la Justice qui affirme l’avoir invité. Partant, il a demandé au Département de fournir les preuves qu’il a été invité. Parole contre parole. Qui du ministre de la justice et du Sylima a menti ?

Oumar KONATE

Le Prétoire du 23 Octobre 2014