Partager

Le Collectif pour l’organisation de la concertation nationale sur le Nord exprime sa vive préoccupation face à la situation prévalant dans la Région de Kidal, quelques jours seulement après la libération du dernier groupe d’otages, un geste que le Collectif avait salué comme étant un grand pas dans la bonne direction.

Le Collectif déplore la reprise des hostilités et la brusque montée de la tension qui en découle. Il lance un appel pressant pour la cessation immédiate des combats et la reprise du dialogue et de la dynamique politique.

Tout en présentant ses condoléances aux familles des personnes décédées lors des violences de cette semaine et en exprimant ses vœux sincères pour le prompt rétablissement des blessés, le Collectif :

1. Condamne fermement la pose de mines sur quelque portion du territoire national que ce soit et rappelle qu’il s’agit là d’une grave violation des conventions internationales ;

2. Réitère sa foi dans le dialogue comme seul moyen de règlement de la crise du Nord aussi bien au Mali que dans les pays voisins connaissant les mêmes difficultés ;

3. En appelle au strict respect des accords relatifs à la résolution de la crise du Nord et ce par toutes les parties sans exclusive ;

4. Félicite le Président de la République pour ses convictions fermes et résolues d’homme de paix et de dialogue et l’encourage dans son initiative régionale pour la sécurité et le développement dans l’espace sahélo saharien ;

5. Exhorte le président de la République à accompagner toute initiative, dont celle du Collectif, concourant à une résolution démocratique de la crise du Nord sur des bases durables;

6. Réaffirme son attachement à l’unité et à la cohésion nationale, à l’intégrité du territoire national et à la devise de la République du Mali, à savoir : un peuple, un but, une foi.

Par ailleurs le Collectif informe l’opinion nationale et internationale qu’il est dans l’impossibilité de tenir la concertation nationale initialement prévue du 26 au 29 mars 2008.Ce forum aura lieu quand les conditions politiques le permettront.

Bamako le 23 mars 2008
_ Le Secrétaire Général

Maître Harouna Touréh

1er avril 2008.