Partager

Le Centre d’Etudes et de Renforcement des Capacités d’Analyses et de Plaidoyer (CERCAP) et le réseau Initiative d’Information, de Communication et de Plaidoyer pour la Protection Sociale au Mali (ICP-Mali)viennent de boucler un séminaire de formation sur la communication pour le développement à l’intention des membres dudit réseau Le facilitateur était Sadou A.Yattara, expert en communication et plaidoyer.

Cette session de formation s’est déroulée du mardi 15 au jeudi 17 août dernier au Musée national.Elle intervient après plusieurs autres sessions de formation organisées par ICP-Mali à l’intention des journalistes.

Lors de cette formation de trois jours, les journalistes ont été outillés sur plusieurs modules à savoir la définition et le concept de la communication, les différentes étapes de la communication pour le développement et le processus de communication, la communication globale, la communication interne et externe, l’identification et l’analyse des publics cibles, les objectifs de la communication, les messages et les techniques de travail avec les médias et la différence entre la communication et le journalisme.

Dans ses explications, le facilitateur Sadou A. Yattara a indiqué que la communication pour le développement est un processus social fondé sur la promotion du dialogue entre les communautés et les décideurs tant à l’échelle locale, nationale que régionale. Selon lui, elle a pour but de promouvoir, de développer et de mettre en œuvre des politiques et des programmes qui améliorent la qualité de la vie pour tous.
Pour Sadou A. Yattara, l’on communique pour informer, se faire connaître d’un public cible, le renseigner sur les services qu’on peut lui rendre ou qu’il peut nous rendre ou simplement lui indiquer comment nous joindre. Mais également lui faire comprendre quelque chose ou amener des changements de comportement.

A en croire le facilitateur, l’on veut parfois amener les autres à penser ou à agir différemment ou à adopter une certaine attitude, inciter une personne à arrêter de fumer, à payer ses patentes, à déclarer ses revenus, à éviter les malentendus même légers qui peuvent occasionner de graves problèmes pour un organisme, etc.

D’après lui, les moyens de communication sont nombreux. Mais il faut retenir ceux qui permettent d’atteindre et d’influencer le public cible, qui contribuent à atteindre le but fixé et d’obtenir les résultats recherchés.

Aoua Traoré

Tjikan du 22 Août 2017