Partager

Le 18 octobre 2007 restera gravé dans les annales de l’histoire de la Commune VI, voire du district de Bamako. Et pour cause: une pléiade de personnalités, essentiellement composée de hauts cadres de l’Etat et d’autorités du District et de la Commune VI, s’était donnée rendez-vous dans la rue 108 de Sogoniko pour l’inauguration de deux rues pavées et de deux réseaux de mini-égouts.

Ces ouvrages, rendus possibles grâce à l’abnégation et l’ingéniosité d’un homme, en l’occurence feu Moussa Badoulaye Traoré, ont coûté la bagatelle de 160 millions de FCFA.

Fruit du partenariat entre la mairie du District, l’OMS -à travers le ministère de la Santé- et “Villes Unies contre la Pauvreté”, ces réalisations entrent dans le cadre d’un vaste programme de lutte contre le Paludisme, initié par les autorités du District. Elles comprennent le pavage et la construction de deux réseaux de mini-égouts dans les rues 108 et 146, avec toutes les commodités pour un environnement sain et vivable.

Cent dix familles de Sogoniko sont aujourd’hui branchées sur ces réseaux de mini-égout catalogués à un rang de haut standing. Une période de dix mois a nécessité la réalisation des travaux avec la réalisation d’ouvrage déléguée à l’AGETIPE-Mali.

Ces joyaux ont été accueillis avec ferveur par l’ensemble des populations de la Commune VI, en particulier, celles de Sogoniko. Une ferveur populaire qui n’a nullement empêché le maire de la Commune VI, M. Souleymane Dagnon, d’appeler les bénéficiaires à se consacrer pleinement à l’entretien des ouvrages.

Il invitera, en outre, l’ensemble des populations de la Commune à plus de civisme, avec le paiement des Taxes pour le Développement Régional et Local (TDRL), condition sine qua non pour que d’autres quartiers de la Commune puissent bénéficier des projets du genre.

Ce langage de vérité sans ambiguité a été apprécié à sa juste valeur par le maire adjoint de Lyon et vice-président de“Villes unies contre la Pauvreté” qui avait fait le déplacement de Bamako avec une forte délégation de la ville Lyon.

Ce dernier insistera surtout sur la nécessité de donner un contenu au langage commun que se partagent tous les élus du monde, à savoir le développement local. Toute chose qui reste inachevée sans l’engagement de tous les acteurs impliqués dans le développement : Etats, municipalités, partenaires techniques et financiers, les populations…

Aussi a-t-il l’engagement que tout sera mis en oeuvre pour multiplier et perpétuer des iniatives de ce genre, avec le raffermissemnet de la coopération Nord-Sud.

Enfin, sous le regard du secrétaire général du ministère de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales, Mamadou Seydou Traoré, de l’Ambassadeur de France au Mali, Michel Reveyrand De Menton, du maire du District, Adama Sangaré, et des membres de la délégation lyonnaise, le maire Souleymane Dagnon baptisera, au nom du conseil communal, la rue 108 “ Rue Moussa Badoulaye Traoré”.

L’homme était connu pour sa stature de dirigeant éclairé, son engagement, sa modestie et son humilité. Il avait justement procédé au lancement des travaux des ouvrages réceptionnés, en compagnie du maire de la Commune VI.

En perpétuant sa mémoire par la rue “Rue Moussa Badoulaye Traoré”, l’édile de la Commune VI vient ainsi d’immortaliser l’homme, et à juste raison. Car c’est la reconnaissance du mérite d’un fils du pays qui, toute sa vie, a oeuvré pour la construction de sa patrie.

Adama S. DIALLO

29 octobre 2007.