Partager

De l’affluence dans les bureaux de vote, mais aussi de petits soucis pour certains électeurs à identifier leurs bureaux de vote voire leurs centres de vote. Tel était le spectacle hier dans certains bureaux de vote en C VI. A l’origine de ces difficultés : la négligence de certains pour n’avoir pas fait du vote un devoir personnel et enlever tôt sa carte Nina, mais aussi une mauvaise organisation du scrutin dans les bureaux par des agents électoraux incompétents.

La population de la Commune VI du district de Bamako à l’instar de celles des autres communes du pays est sortie nombreuse pour participer à l’élection présidentielle dont le 1er tour a eu lieu hier dimanche 28 juillet.

Dès 8 heures, les bureaux de vote étaient ouverts dans les centres de votes de la Commune que nous avons visités, en l’occurrence les centres de vote de Senou/Base, Senou/Aviation et l’Ecole Djika Fané. Sur ces centres de vote, ce sont de vagues et de vagues de Maliens qui déferlaient, carte Nina accrochée fièrement accrochée sur le boubou, au cou, ou simplement tenue dans la main. L’accès aux centres de vote en Commune VI, en effet, était subordonné à la présentation par l’électeur de sa carte Nina, le seul document valable pour voter.

Des éléments des forces de maintien de l’ordre étaient postés dans chaque centre. D’autres étaient déployés et postés discrètement dans des coins à l’intérieur des centres.

La Commune VI est celle qui compte plus d’électeurs sur les 703 que compte le Mali. Ce au total 265 535 électeurs qui étaient appelés hier dans les urnes. Et dans les bureaux de vote que nous avons visités, le scrutin s’est déroulé dans la quiétude. Aucun incident majeur n’a été signalé. Toutefois, dans ce tohu-bohu de masses populaires, il n’a pas été aisé pour certains électeurs de retrouver leurs centres de vote à fortiori leur bureau de vote.

Comme des « rats » étourdis, des citoyens de Senou se sont promenés de centres en centres. Certains de ces électeurs comme Bakary Diarra, âgé de 38 ans, disposant de sa carte Nina, las, désabusé, sont retournés à la maison sans avoir eu à voter. A l’origine des difficultés qu’a connues Bakary Diarra : la négligence pour n’avoir pas fait du vote un devoir personnel et retirer, tôt sa carte Nina.

Négligents, comme Bakary Diarra, des électeurs à Senou n’ont pas cherché à identifier leur centre et bureau de vote auparavant se disant certainement que tout allait être comme sur des roulettes, alors que le temps, limité qu’il l’était, leur permettait de surmonter les difficultés qu’ils ont connues le jour de vote.

A ces « types » d’électeurs comme Bakary, des volontaires cependant, de leur portable, les aidait à identifier leur centre et repérer leur bureau de vote. Les deux opérateurs de téléphonies mobiles ayant mis à disposition des numéros gratuits pour aider en cela. Mais cela, n’a pas été suffisant pour d’autres qui ont eu de la peine puisque n’ayant pas vu leur nom sur la liste électorale, mais disposaient quand même de la carte Nina, du numéro bureau de vote.

D’autres difficultés étaient relatives à l’identification de l’électeur dans le bureau de vote. Dans certains, l’électeur pouvait constater que s’il y avait une liste électorale affichée à l’entrée, celle-ci ne correspondait pas avec celle qui est entre les mains du président et son staff. Sur la liste électorale dans le bureau, il n’y a pas de numéro identifiant l’électeur.

Ainsi, les agents électoraux passaient beaucoup de temps à rechercher l’électeur. Au bureau 008 par exemple de Senou Base, votre serviteur a dû intervenir pour mettre « de l’ordre ». Dix, voire 15 minutes passaient sans que l’agent du vote ne retrouve l’électeur sur la liste ! Ces difficultés sont imputables aussi à l’administration. Des agents électoraux ont indiqué avoir reçu le matériel électoral seulement à la veille du scrutin.

Dans les centres Senou Base, Senou Aviation et l’Ecole Djika Fané, le scrutin n’a pas été parfait comme on l’aurait souhaité. A Senou Base, sur les 23 bureaux de vote, 5 n’avaient pas de listes électorales affichées devant l’entrée du bureau. Idem dans les deux autres centres de vote. Il faut cependant ajouter que ces difficultés ne sauraient mettre en cause les résultats qui seront issue de ces bureaux de vote.

Denis Koné

29 Juillet 2013