Partager

Dans les états-majors politiques, les choses se sont précipitées ces dernières 72 heures, date butoir du dépôt des candidatures aux communales du 26 Avril : comme pour dire que… 11 Mars oblige ! C’est ainsi que l’Union pour la République et la Démocratie (URD) à Ouélessébougou a tenu sa conférence de sous-section le samedi dernier, dans la Maison des Jeunes de la localité. Ordre du jour : lecture et validation de la liste de candidature du parti aux communales du 26 Avril 2009.

Un exercice auquel la sous-section de l’ADEMA-PASJ, qui détient la Mairie de Ouelessébougou (à travers le Maire Guédiouma Samaké) s’était livré un peu plutôt et qui s’est soldé par un échec patent avec, au finish, une liste contestée.

Un accouchement difficile de liste de candidature, qui aura même nécessité une césarienne, puisqu’on apprend que trois des responsables Ruchers de Ouélessébougou ont pris la responsabilité “d’enlever” l’unique femme bien positionnée, Mme Konaté Sata Soumaoro (elle était 4è sur la liste) de sa place au profit d’un homme, M. Sinaly Samaké, qui a pourtant passé dix ans au poste de Conseiller à la Mairie de Ouélessébougou.

Conséquence : du fait d’une poignée de personnes voulant tout s’arroger au sein de l’ADEMA, le parti de la Ruche se trouve aujourd’hui fortement entamé à Djitoumou. Avec une telle détermination, au diable la galanterie politique ! D’où le déclassement de Mme Konaté Sata Soumaoro, de la 4è à la 11è place, sur une liste de 23 personnes. C’est dire que dans le parti de la Ruche à Djitoumou, l’équité du genre n’est pas encore au rendez-vous. Et qu à Ouélessébougou, l’ADEMa procède à des découpages et des racommodages, à l’URD, c’est la prudence qui reste le leitmotiv de la sous-section. Comme pour dire qu’il ne sert à rien de courir, l’essentiel étant d’arriver à point.

Aussi, pour réduire au maximum tout risque de contestation de sa liste, le parti de Soumaïla Cissé à Ouélessébougou a pris tout son temps. Contrairement à nombre de formations politiques de la place, les responsables de la sous-section URD de Ouélessébougou ont procédé à la mise en place d’une commission d’investiture, pour choisir des candidats selon les potentialités du parti et les spécificités du milieu.

Cette commission a fait son travail et a fait un rendu compte à la sous-section. Cette dernière a approuvé le travail fait par la commission. Il revenait donc à l’instance souveraine, c’est-à-dire la conférence de sous-section, d’approuver et d’adopter la liste élaborée par la commission d’investiture. Tel était tout le sens de la rencontre du samedi dernier.

Après lecture de la liste de candidature élaborée par la commission d’investiture, les délégués venus de toutes les contrées du Djitoumou ont unanimement approuvé et adopté ladite liste, sous l’oeil vigilant du Superviseur Kélétigou Doumbia de la section de Kati.

C’est désormais Niankoro Samaké dit Yeah, un natif de Ouélessébougou parti faire fortune aux Etats-Unis, qui pilotera la liste URD aux communales du 26 Avril prochain. Il occupe ainsi la tête de peloton d’une liste de 23 personnes qui entend conquérir la mairie de Ouélessébougou sous tutelle ADEMA depuis 10 ans.

Niankoro Samaké dit Yeah n’est pas que natif de Ouélessébougou, il est aussi arrière petit fils de Ouélessé Samaké, le fondateur du village de Ouélessebougou.

On comprend aisément que sa présence sur la liste URD de la localité peut être source d’inquiétude pour nombre de formations politiques de la place, d’autant plus que l’homme, depuis son séjour américain, ne cesse de s’investir dans le développement de Ouélessébougou. Il a, à son actif, la construction de plusieurs salles de classe, la construction et l’équipement de centres de santé et de plusieurs autres oeuvres humanitaires. C’est dire que c’est un homme déjà fortement présent sur le terrain et très proche des populations de Djitoumou.

Les détracteurs n’ont pas attendu l’adoption de la liste de candidature URD pour tomber dans le dénigrement, la désinformation et la diffamation. En effet, à Ouélessébougou, l’on raconte déjà que Niankoro Samaké dit Yeah, qui réside aux Etats-Unis, vient uniquement chercher la Mairie, pour ensuite déléguer ses pouvoirs à quelqu’un d’autre et rentrer auprès de sa famille aux Etats-Unis. Autrement dit, un Maire qui aspire à gérer la Mairie de Ouélessébougou depuis les Etats-Unis.

Qui d’autre que l’homme lui-même peut couper court à ces supputations? Aussi a-t-il saisi l’occasion pour déclarer : “Je n’ai pas attendu d’être tête de liste URD pour m’investir dans le développement de Ouélessébougou. Je ne vais pas attendre d’être Maire pour le faire. Je crois qu’il revient aux autres de dire ce que j’ai fait à Ouélessébougou. Là-dessus, je n’ai donc pas de commentaire à faire.

Ce qui est sûr et certain par contre, c’est que j’ai accepté d’être tête de liste suite aux sollicitations de mon parti, mais aussi des populations de Ouélessébougou. Si je suis Maire à l’issue des élections, je n’hésiterai pas une seconde à faire venir toute ma famille et à me consacrer entièrement au développement de Ouélessébougou, comme je l’ai toujours fait”.

Après donc l’adoption de la liste de candidature du parti, le Secrétaire Général de la sous-section URD de Ouélessébougou, M. Bréhima Samaké, le député URD de la localité, l’honorable Mohamed Alideye Maïga, ont tous tenu à remercier les militants qui ont su mettre les intérêts du parti au dessus des intérêts personnels. Toute chose qui aura manqué à l’ADEMA, dont les têtes d’affiche aux communales du 26 Avril sont, pour la plupart, des gens qui ont 10 ans de mandat à Ouélessébougou, voire plus.

Au bord de l’implosion à cause des retouches faites à la liste, après adoption par les militants, l’ADEMA risque bien de perdre cette année la Mairie de Ouélessébougou au profit de l’URD.

Adama S. DIALLO

10 Mars 2009