Partager

Faut-il rappeler que le parti de l’ancien Président Alpha Oumar Konaré est la première formation politique à avoir demandé, à ses différentes sections, de prendre toutes les dispositions utiles pour la composition de leurs listes avant la date du 11 Mars 2009? Toute chose à laquelle les différentes structures du parti ont vite fait de s’atteler. Mais si, dans certaines sections, ce travail a été exécuté sans heurts, dans d’autres, part contre, ce fut la surprise.

Ainsi, en Commune II du District où vit la soeur du Président du parti, Dioncounda Traoré, ce fut la stupéfaction. En effet, non contente de sa position sur la liste de compétition du 26 Avril prochain, la responsable ADEMA de la Commune a clamé sa décision de démissionner du parti. Mais le plus grave, c’est sa détermination à en découdre désormais avec les responsables de son ancien parti. “Je démissionne du parti pour vous combattre à l’extérieur !” , aurait clamé la soeur du Président Dioncounda Traoré qui ne comprenait pas l’attitude de sa propre formation (l’ADEMA) à son endroit.

Des echos en provenance de l’intérieur du pays, on apprend, en plus de la démission de Alima Traoré, que d’autres responsables auraient également décidé de claquer la porte du l’ADEMA-PASJ pour se muer… en indépendants. C’est le cas à Gao, où, dit-on, le Secrétaire Général de la section, M. Sadou Diallo, mécontent du classement de certains de ses proches, a quitté le parti. La même athmosphère politique règne actuellement à Bougouni, rapporte-t-on.

Ces frustrations n’ont rien de comparable avec la situation qui a été vécue par des responsables de sections au niveau du District de Bamako. En effet, dans la capitale, contre toute attente, des responsables du parti ont été mis en queue de liste, sur les listes dressées par les sections en vue de la communale d’Avril.

Pourquoi le Bureau politique a-t-il voulu agir ainsi?… Ces trahisons auraient-elles été préparées par des responsables du Bureau Politique National?

Des responsables avaient-ils des comptes à régler entre eux? Pourquoi alors le cacher et attendre justement cette occasion no appropriée pour des divisions ?

Ce sont, entre autres, des questions que les militants se posent, mais auxquelles ils n’obtiendront certainement pas de réponses… Mais ce qui est sûr, c’est que cette situation risque de causer de graves conséquences à ce parti dont l’ambition demeure encore montrer sa puissance sur l’échiquier politique national.

En tout cas, ce sera dommage pour Dioncounda Traoré dont l’action de rassemblement a fait que malgré les tempêtes, l’ADEMA-PASJ avait su retrouver son unité. Pour en témoigner, on peut citer le cas de l’ancien Vice-Président Soumeylou Boubeye Maïga. Et si, de nos jours, le parti doit encore revivre de pareilles situations, cela veut dire que la tâche s’avère encore plus difficile pour le Président du parti.

Laya DIARRA

06 mars 2009