Partager


Les élections communales de 2009 se dérouleront le 26 Avril , les candidats et les états majors des partis politiques sont tous dans la ferveur de l’événement. C’est aujourd’hui même que les campagnes électorales ont commencé.

L’heure est donc à la revue des troupes, dans les différentes circonscriptions électorales du pays. Tous vont à ces élections en ayant à l’esprit que leurs enjeux sont grands.


Les enjeux des communales

D’une part, ces communales sont un cadre d’évaluation de la capacité de mobilisation des partis politiques, la plupart d’entre lesquels nourrissent l’ambition de conquérir le pouvoir politique en 2012. Pour ceux-ci, le passage obligé est un bon résultat aux communales d’Avril 2009.

De l’autre côté, il y a les candidats indépendants. S’ils n’ont pas forcement de visée sur 2012, les élections communales sont autant importantes pour eux que pour les candidats des partis, sinon plus, quand on sait que ce sont les seuls cartes entre leurs mains.


Pourquoi tant d’intérêts?

Les élections communales deviennent de plus en plus importantes pour les citoyens maliens qui mesurent l’importance de l’implication dans la gestion des affaires des collectivités locales décentralisées.

Un moment, certains avaient fait croire que les acteurs politiques se battent pour être élus aux communales uniquement à cause des parcelles qu’ils vendent et qui seraient devenues source d’enrichissement.

C‘est de là qu’on a parlé de la marchandisation de la terre. On ne peut affirmer que ce n’est plus le cas, cependant, force est de constater que pour ce qui est du District de Bamako, il reste très peu de terre à gérer ; mais cela n’a pas réduit l’ardeur des partis pour la conquête des mairies.

De quoi les communes ont-elles besoin?

Toute chose qui démontre éloquemment que l’intérêt pour les communales va bien au-delà de la spéculation foncière. En fait, dans les communes, il y a beaucoup de problèmes à gérer, de questions liées au développement, à l’assainissement entre autres.

C’est la gestion de ces problèmes qui préoccupe le plus les partis politiques qui ont vocation à conquérir le pouvoir politique en fin de compte. Certains ont tenté de banaliser le rôle et la place des élus communaux, en résumant leurs activités à la gestion du foncier qui n’est qu’une partie négligeable dans ce qu’un conseiller communal doit faire.


L’engagement et la responsabilité

C’est une question d’engagement, de responsabilité, de sens du devoir car, les candidats prennent tous l’engagement, au moment où ils veulent occuper des postes à a mairie. Le plus souvent, on se rend compte que c’est la manière dont les candidats sont élus qui détermine leurs relations avec les habitants des communes.

Certains, avec la mauvaise perception des missions qui leur sont dévolues, une fois élus, font ce qu’ils veulent, foulant parfois aux pieds certains droits et intérêts de leurs administrés à qui ils estiment ne rien devoir. Cela d’autant plus qu’ils avaient payé en amont de l’agent pour acheter des voix.

C’est une erreur de penser ainsi, dans la mesure où c’est pour tous les habitants de la commune que les conseillers sont élus. Les attentes des populations sont grandes dans toutes les communes. Il appartient donc aux élus d’honorer leurs engagements et de gérer les affaires de manière à ce que ls conditions soient crées pour l’essor des communes.

Le bilan, un indicateur important

Au moment du bilan, le plus important pour tous est de savoir à quel degré le conseil communal a géré les affaires. Ainsi, toute réélection doit se faire sur la base de la présentation d’un bilan de gestion ayant suscité de l’espoir au sein des habitants des communes.

En terme donc de réélection, saut par extraordinaire, sinon ceux qui n’ont pas posé d’actes majeurs dans le cadre du développement communal et qui se sont fait remarqué par des pratiques malsaines, ont peu de chance d’émerger.


Moussa SOW

10 Avril 2009