Partager

A moins de dix jours de la date butoir du dépôt des candidatures pour les élections communales du 26 avril prochain, une délégation du Cnid/Fyt, conduite par le président du parti, Me Tall, et son secrétaire général, Ndiaye Bah, s’est rendue le dimanche 1er mars à Kita pour s’imprégner des conditions de préparation des candidats et candidates devant représenter le parti aux municipales.

La sortie de Me Tall dans la Capitale de l’Arachide n’a pas été de tout repos. Déterminé à faire du Cnid un parti au service du développement, il a vu, entendu et compris dans quel état le parti du Soleil levant se trouve à Kita à l’orée des municipales. « Ce que j’ai vu est rassurant en ce sens que les uns et les autres sont en train de donner le meilleur d’eux-mêmes pour consolider les attentes et l’unité du parti ».

Pour Me Tall, les municipales ne sauraient être la seule raison d’être du parti. Ainsi, partout où il est passé (Kassaro, Kita ville, Bereniba (Commune de Boudofo), Djidian, Benkadi Tougnan, Badenko et Sebekoro), Me Tall a tenu le même langage aux responsables locaux de son parti : « Faites le bon choix pour les hommes et femmes qui vont être les candidats du parti. Ne jamais tenir des promesses de monts et merveilles à la population que vous ne pourrez honorer. Contentez vous de ce que vous avez, la contribution du parti suivra ».

A l’image de beaucoup de formations politiques où le choix des candidatures fait couler beaucoup d’encre et de salive, le Cnid ne fait pas exception. Les difficultés de constitution des listes occupent le devant de la scène. Se prononçant sur cette préoccupation, Me Tall, au cours de la conférence des sections qu’il a animée à la Maison des jeunes, a été on ne peut plus clair : « Je connais vos préoccupations. Mais faites tout pour établir des listes consensuelles valables et les déposer avant le 11 mars ».

A Kita ville, le Cnid, avec 2 conseillers municipaux sur 23, occupe le poste de 3e vice-présidence du bureau communal. Il entend faire mieux en avril prochain. Pour atteindre cet objectif, le président de la section, Daouda Dey, et son équipe s’activent depuis quelques mois. « Nous allons avoir des élus là où on n’en a pas, augmenter là où on est présent et occuper la mairie », a-t-il promis. La section estime que l’ambition d’occuper le fauteuil de maire de la Commune de Kita et de d’autres communes est à portée de mains.

Pour le secrétaire général de la section, Sayon Diakité, la tournée de Me Tall dans le fin fond de brousse va certainement apaiser certaines tensions entre membres du parti, réconcilier et encourager ceux qui avaient commencé à être sceptiques sur l’avenir du parti du Soleil levant dans le cercle.

Plus que jamais confiante en elle même, la sous-section Cnid n’entend nouer aucune alliance avec d’autres formations politiques. « Nous allons tenter notre chance cette fois-ci et connaître notre degré de mobilisation », a dit M. Diakité.

L’acte de naissance sans quittance

Se faire une pièce d’identité en cette veille d’élections communales à Kita relève du parcours du combattant. Cette situation donne l’insomnie à la population. Certaines sources affirment qu’un acte de naissance est établi à 4000 F CFA sans quittance. La carte d’identité coûterait 3000 F CFA.

Amadou Sidibé

03 mars 2009