Partager

jpg_une-89.jpgEn effet, malgré leur majorité démographique, les femmes du Mali ne représentent que 10,20% des parlementaires, 6,70% des conseillers municipaux, 7 femmes maires sur plus de 700 que compte notre pays et moins de 800 conseillères municipales sur plus de 10.000.

Ce faible niveau de représentativité des femmes dans les instances de prise de décisions interpelle à la fois le gouvernement, les partis politiques ainsi que la société civile et figure parmi les préoccupations formulées par le Comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes, tant il est reconnu que le statut de la femme aux postes de prise de décisions reste un indicateur important de bonne gouvernance.

De réels efforts ont été engagés par différents acteurs pour améliorer la représentation des femmes au sein des organes de décision et de gestion des communautés. Cependant, si les résultats obtenus lors des dernières élections communales font apparaître une augmentation du nombre des candidates par rapport aux scrutins passés, ils établissent aussi un taux d’élues en deçà des attentes malgré la mobilisation de ressources financières importantes.

Le constat de ces insuffisances et les enjeux des prochaines échéances électorales ont incité le ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille à initier une stratégie d’intervention pour les élections communales prochaines en vue d’améliorer de façon substantielle le niveau de représentation des femmes dans les instances de décision. Cette stratégie doit donc déboucher sur un accroissement du niveau de représentation des femmes dans les instances de gestion des collectivités territoriales que sont les conseils communaux, les conseils de cercle et les assemblées régionales.

Le lancement officiel de cette stratégie a eu lieu la semaine dernière au centre international des conférences de Bamako. La cérémonie était présidée par Mme Maïga Sina Demba, ministre de la Promotion de la femme, de l’Enfant et de la Famille, et s’est déroulée en présence de plusieurs membres du gouvernement, de représentants de partis politiques, d’organisations de la société civile, du Cadre de concertation des femmes des partis politiques, d’organismes accrédités dans notre pays.

Mme Maïga Sina Demba a lié l’initiative aux missions de son département de définir et mettre en œuvre des programmes et stratégies propres à assurer le bien-être de la femme et promouvoir son statut. La promotion du leadership féminin dans le contexte du Mali constitue donc un axe majeur de la politique de promotion de la femme. Le ministère a, par conséquent, estimé de son devoir de s’impliquer pour élever le niveau de représentation des femmes dans les instances de décision.

Cette implication, précisera le ministre, n’est pas une substitution à la société civile, ni aux partis politiques dans les activités de terrain. « Il s’agit de mettre en place un mécanisme de coordination et de concertation où seront gérées les difficultés signalées et dans lequel le département jouera un rôle de facilitation et d’impulsion pour permettre à ce mécanisme de fonctionner en toute autonomie et dans l’unique but de coordonner les actions et d’appuyer les candidatures féminines », a expliqué Mma Maïga Sina Demba.

Elle a remercié les partenaires techniques et financiers ainsi que les institutions non étatiques pour leur soutien au développement du leadership féminin dans notre pays.

Le ministre de l’Administration territoriale et des collectivités locales, Kafougouna Koné a promis l’accompagnement de son département au mécanisme prévu afin de lui permettre de jouer pleinement son rôle.

Aïssata TRAORE

Essor du 17 fev 2009