Partager

Les élections communales de cette année sont un véritable test pour les partis politiques de tâter le pouls de leurs militants avant la bataille de 2012 où on annonce déjà de véritables empoignades entre formations politiques et candidats indépendants.

C’est pourquoi des grosses pointures de la scène politique n’ont pas hésité à se jeter dans la gueule du loup pour affronter l’exercice des urnes.

Le 26 avril prochain, les électeurs maliens éliront les conseillers des 703 communes que compte notre pays. A n’en pas douter, ces élections de proximité constitueront un tournant décisif pour l’élection présidentielle de 2012.

Les partis politiques ou associations politiques, chacun de son côté, mesurent déjà les enjeux de cette compétition électorale. Ce qui fait que personne ne veut céder le terrain à l’autre.

Le duel, qui va opposer les partisans du président de la République, ne sonnera- t- il pas le glas de l’alliance opportuniste des partis politiques avec le mouvement politique de ATT ?

On le sait 2012 est loin, mais comme dit l’adage «qui veut aller loin ménage sa monture». Tous les partis politiques animés d’une ambition sont dans la logique de préparer l’élection présidentielle à venir. Mais pour être comptés parmi ceux qui prendront le départ en 2012, il va falloir mouiller le maillot, le 26 avril prochain.

On peut dire que ceux qui remporteront les communales de 2012 peuvent dire qu’ils ont marqué un point pour la conquête de Koulouba. Car les élections de proximité sont celles qui montrent la vitalité d’un parti politique sur le terrain mais aussi de tester la popularité des hommes politiques qui ne se sont jamais frottés aux urnes. Comme se sera le cas de cette année où des grosses pointures du landerneau politique malien sont tête de liste.

Même si la campagne n’est pas ouverte, les compétiteurs n’ont pas lésiné sur les moyens. Les visites aux notables dans les quartiers de Bamako sont des scènes d’exhibition des billets craquants.

Les hommes du président ATT, regroupés au sein du Mouvement citoyen, sont moins bavards. Mais pour eux, ces élections tomberont dans leur escarcelle. Ils pensent que c’est l’occasion pour eux de prouver que leur association politique a atteint une certaine maturité.

Pour la plupart des militants du Mouvement citoyen, le troisième mandat du président Amadou Toumani Touré passe par là. Ils n’hésitent pas à dire qu’une victoire éclatante à ces élections est la voie tracée pour modifier la constitution à travers une consultation référendaire.

En plus de ces, il y a les hommes de Modibo Sidibé tapis dans les partis politiques. Le Premier ministre n’a jusque là pas affiché ses ambitions pour Koulouba en 2012, mais sur l’échiquier politique des gens roulent pour lui. S’ils obtiennent un bon score, ils se feront découvrir. Dans le cas contraire, ils resteront dans l’ombre en attendant que leur mentor dévoile ses ambitions.


Yoro SOW

16 Mars 2009