Partager

Un collectif formé par les 18 partis politiques et indépendants en liste aux élections communales du 26 avril dernier, est sorti de sa réserve en informant l’opinion nationale et internationale sur les irrégularités graves survenues au cours du scrutin et la transformation des résultats par la Commission électorale de Kati.

Cette contestation des partis politiques et des indépendants à Kalabancoro en Commune V du District de Bamako a été soulevée au cours d’une conférence de presse qui a eu lieu le samedi 9 mai 2009 au siège des sous section du l’Union pour la République et la Démocratie (URD) à Kalabancoro.

On notait la délégation du parti Force Citoyenne et Démocratique (FCD), de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), parti pour la Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) de l’Union Soudanaise pour le Rassemblement Démocratique Africain (US-RDA).

Au nombre des irrégularités émis par Daouda Sow dans son introduction liminaire on pouvait citer entre autres : la délivrance abusive de procurations vierges à certains partis politiques, le vote par procurations avec des éléments de contre façon, la délivrance de procurations vierges cachetées et signées par l’Administration (confère procuration du bureau de vote 57 avec la carte d’électeur n°63763492 au nom de Madenkoura Sidibé), le vote par des centaines de procuration scannées et acceptées par les présidents de bureau de vote sans préjudice aucun.

A en croire le collectif, ils ont déploré la grande différence entre les résultats de la Commission de centralisation des résultats de Kalabancoro (11547 suffrages exprimés) et ceux du préfet de Kati (12117 suffrages exprimés). Des bulletins parallèles avec deux types d’encres dans les bureaux de Gouana à savoir les bureaux 65, 66, 67 et 68.

«Quand on ne veut pas regarder la vérité en face et prendre toutes ses responsabilités, la victime expiatoire est toute désignée et la mise à mort est immédiate. C’est un raccourci commode. Ces enseignements ne peuvent nous autoriser non plus à passer par pertes et profits nos acquis démocratiques, nous précipitant de déterrer des magasins désaffectés de l’histoire une formule qui nous ramènerait à nos vomissures d’hier, comme si nous n’avions rien appris, rien retenu, rien compris de nos dérives passées», a indiqué M. Ongoïba, un ancien de l’US-RDA. Il a toutefois condamné l’inexpérience des délégués déployés dans les différents bureaux de vote.

«Quand le pouvoir d’un homme n’est pas au service de l’homme, ce pouvoir est contre l’homme, ce pouvoir est, par conséquent, contre Dieu. Et Satan, le plus grand fraudeur de tous les temps, est un ange fâché contre Dieu. Satan, depuis, est en mission de recrutement d’adeptes auprès des hommes. Mais malheureusement pour lui : un homme prévenu en vaut deux.

Au cas où il n’y aura pas de solution nous prendrons le chemin de la rue pour se faire entendre» a déclaré Békaye Traoré, un représentant du CODEM.

Le représentant du SADI, Alima Sangaré affirme en ces termes : «Trop c’est trop et que le moment est venu pour se faire entendre. Au moment ou nous courons de village en village, d’autres sont restés à la maison pour acheter la conscience du paisible citoyen», a martelé Alima Sangaré.

Gnimadi Destin

11 Mai 2009