Partager


C’est aujourd’hui que prennent fin les délibérations, à la Cour d’appel de Mopti, sur les contentieux électoraux relatifs aux listes déposées par les différents candidats En prévision des communales 2009, la région de Gao a enregistré 103 listes de candidature.

Gao

Le cercle de Gao arrive largement en tête avec une quarantaine de listes et dix partis politiques. Celles-ci sont présentées, comme presque dans tous les autres cercles, selon un schéma maintenant classique : listes de partis, listes de groupements de partis, listes des indépendants.

Pour ravir les sièges des sept communes du cercle de Gao, 29 listes de partis seront opposées à celles de 2 groupes de partis et de 9 d’indépendants. Des « grands partis », l’Adéma est présent dans les 7 communes sur listes propres ; l’URD a choisi l’alliance dans deux communes et se présente seul dans cinq autres ; le RPM ne se présente que dans les trois plus importantes communes.

Outre le CNID, le MPR, le Parena, le Miria, l’UDD, le RDS, et le Bdia qui sont des habitués de la compétition, le REDD et le PCR feront leur baptême de feu. Le premier dans la plus grande commune (Gao), le second, dans trois communes. A noter que dans la commune de Anchawadj, il n’y a qu’une seule liste de candidature, celle de l’Adéma qui est ainsi assuré de remporter la totalité des sièges.

Le même scénario est servi à Tin Hamma (cercle d’Ansongo) sauf que dans cette commune, l’unique liste de candidature déposée est composée d’indépendants.

Ansongo

Dans ce cercle qui compte également sept communes et où s’affronteront 12 partis différents, 29 listes de candidature ont été déposées par 15 partis, 8 groupements de partis, et 6 listes d’indépendants.

Le Pasj, tout comme l’Urd, se présentera seul dans 3 communes et en alliance dans trois autres. Le Pcr a deux listes propres et une liste commune. Si dans la commune de Talataye seuls les partis politiques seront en lice avec 6 listes propres, dans celle de Bourra il n’y aura que deux groupements de partis.

Dans la commune d’Ansongo, le Mpr est le seul parti à faire cavalier seul, et sera opposé à trois groupements de partis et une liste d’indépendant. Même chose pour l’Urd à Tessit mais qui n’aura que deux groupements pour adversaires.

Ouatagouna a enregistré le plus grand nombre de listes de candidature (07) et devance la commune du chef-lieu de cercle, Ansongo qui n’aura que 5 listes. Tin Hamma a le plus faible nombre avec une seule liste.

Bourem

Le cercle de Bourem compte 5 communes où se présenteront huit partis politiques. Vingt listes de candidature y ont déposées par onze partis politiques, deux groupements de partis, et sept groupes d’indépendants. Ce cercle est le seul de toute la région de Gao ou des listes d’indépendants ont officiellement pris l’appellation de « Indépendant Mouvement citoyen ». Il y en a dans chacune des communes du cercle.

La commune de Bourem enregistre le plus grand nombre de listes de candidature (6) dont quatre listes de partis politiques, une de groupement, une d’indépendants. Elle est suivie de la commune de Bamba avec cinq listes.

Dans deux communes seulement (Bourem et Taboye) il existe des groupements, alors que dans celle de Tarkint, il n’y a que des listes d’indépendants (trois) et que dans la commune de Taboye, le Pasj est le seul parti à présenter une liste propre. Dernière particularité, le cercle de Bourem a enregistré le plus grand nombre de listes d’indépendants (sept) après Gao qui en compte neuf.

Ménaka

Le cercle compte également cinq communes dans lesquelles sept partis politiques s’affronteront. Quatorze listes de candidature ont reçues par l’administration. Première particularité, le cercle ne compte aucune liste d’indépendants, mieux, dans la commune d’Alata, seul l’Adema a déposé une liste de candidature alors que dans celle de Tidermène la seule liste est du fait d’un groupement de partis.

A l’analyse des différentes listes de candidature, il est donné de constater que si les listes propres de partis ne présentent aucune ambiguïté, pour les autres, il en va tout autrement. Ainsi, les groupements se font sur la base d’intérêts ou de rapports sociaux locaux. Ils ne tiennent pas compte de la configuration politique nationale.

Ce qui fait que sur la même liste, on peut retrouver des militants de l’ARD et du FDR. Les exemples les plus illustratifs sont donnés par les listes de groupements de partis dans les communes de Ansongo (Parena-Pasj-CNID ; Urd-Rpm-Fcd-Udd), de Bourra et Bara (Urd-Rpm), de Bourem, Menaka, Tidermène, Tessit (Adéma-Rpm).

Quant aux listes d’indépendants, elles sont composées pour la plupart de candidats qui n’ont pas été investis par leur parti, ou qui ont préféré quitter celui-ci pour militer avec des indépendants plus représentatifs.

Ainsi, certains ténors de la vie politique de la région se sont présentés sur des listes d’indépendants. Exemple : Sikaye Ekawell, précédemment au Rpm, Sadou Diallo, ex secrétaire général de la section Adema de Gao, Ould Matali qui vient juste de rejoindre la « Ruche ».


Cheick Tandina

Envoyé spécial à Gao

06 Avril 2009