Partager

A une année des élections municipales, on assiste à une agitation des partis politiques dans le pays. Une manière, pour eux, de ratisser large tant en nombre élévé de maires que de conseillers. C’est dans cet ordre d’idée qu’à travers une forte délégation de son Bureau Politique National, le parti pour la Solidarité et le Progrès (PSP) s’est rendu à Bougouni le 27 Avril 2008.

Conduite par le président Oumar H. Dicko, la délégation était composée de ses 1er et 2e vices-présidents, Almamy Koureïchi et Bissy Sangaré. On notait aussi la présence de deux femmes du BPN du parti, Awa Djila et Aminata Sangaré, des secrétaires administratif et à l’organisation, Ousmane Diadié Coulibaly et Aboubacar Dem.

Ils seront accueillis à l’entrée de la ville par les responsables de la section PSP de Bougouni (le Secrétaire Général Souleymane Sylla et les membres de son bureau), jusqu’au siège du parti, sis au quartier Médine.

Rappelons que le Parti pour la Solidarité et le progrès (PSP) fut le premier parti politique créé avant l’indépendance, soit le 12 Février 1946, par Fily Dabo Sissoko, Hamadoun Dicko et Kassim Touré.

Malheureusement, le parti sera interdit d’interdiction d’activités pendant 10 ans, de 1946 à 1956. Mais avec l’avènement de la démocratie au Mali en 1991, le parti sera ressuscité, surtout avec la prise des commandes du parti par Oumar H. Dicko.

Grâce à ses efforts et initiatives, un nouvel air fut insufflé au PSP. Ainsi, le parti, qui était remisé aux oubliettes, est en train de renaître de ces cendres. Aussi, le président Oumar H. Dicko dira que le PSP est un parti d’avenir et qu’il a été un parti d’hier et d’aujourd’hui.

“Nous savons d’où nous venons et où nous partons. Il faudra de la patience et de la confiance en soi, pour atteindre le summum. Je suis convaincu de cela, car nous sommes tous majoritairement jeunes”, a-t-il déclaré.

A noter que Bougouni a été le grand bastion du PSP. Ce qui explique cette visite qui a été riche en enseignements et en leçons. Ainsi, lors de cette visite, on a constaté la présence des compagnons de Fily Dabo Sissoko et de Hamadoun Dicko, tels que Touramakan Sikasso (natif de Bafoulabé résidant de la capitale du Banimonotié), Chaka Kanté, Adama Diarra et Békaye Bagayogo, chef de quartier de Hèrèmakono.

Après les cérémonies protocolaires, des visites furent effectuées aux domiciles des notabilités de la ville et aux figures emblématiques des compagnons de Fily Dabo Sissoko, soit pour des remerciements et reconnaissances, soit pour présenter des condoléances aux familles des disparus.

Dans l’après-midi, une rencontre fut organisée au siège du parti, entre la section de Bougouni et la délégation nationale, en presence des militants qui ont tous arboré les couleurs du parti.

Des propos du Secrétaire Général de la section, M. Souleymane Sylla, il ressort que des efforts ont été menés qui ont abouti à des résultats probants. Aussi s’est-il réjoui de l’engagement et du dynamisme des militants à Bougouni et ses environs.


“Mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Il faut que vous nous veniez en aide sur le plan des ressources financières. Quelles que soient notre volonté et notre fidélité au parti, sans les moyens financiers, on ne pourra rien avoir ici, à Bougouni”
, s’est-il adressé à la délégation nationale.

Concernant les acquis, M. Sylla a déclaré que sur les 19 villages environnants de la ville de Bougouni, 7 comités PSP ont été installés. Et sur les 26 communes qui composent le cercle, 8 sous-sections ont été installées. On retiendra aussi que Zantiébougoula, la commune la plus grande du cercle de Bougouni, est en passe de passer aux mains du PSP.

D’ailleurs, le 1er adjoint au Maire, M. Ségui Coulibaly, avait effectué le déplacement pour rencontrer la délégation nationale. “Nous nous réjouissons du retour du PSP sur la scène politique nationale. A partir d’aujourd’hui ,je pèserai de tout mon poids, avec votre assistance, pour que les 42 villages de ma commune puissent avoir leurs comités. Mais déjà , je vous assure que 32 villages sont prêts à rallier le PSP”, a-t-il dit.

Le président Oumar H. Dicko a rendu un vibrant hommage à tous les militants et tous ceux qui croient en l’idéal du parti. “Je ne suis pas surpris de l’engouement suscité autour du parti. Malgré notre longue absence sur la scène politique, nous avons été 3 e lors des élections législatives de 2007 ,derrière une coalition de 14 partis politiques. Je suis conscient des difficultés à Bougouni, mais je m’investirai personnellement pour qu’on remporte les communales de 2009 à Bougouni et environs”, a-t-il déclaré.

M. Dicko a prodigué des conseils et des stratégies pour que le parti puisse obtenir le maximum de conseillers et de maires, l’année prochaine. “Car il s’agit là des élections de proximité, c’est-à-dire locales ; et pour cela, il faut un engagement total de tout un chacun, pour aboutir à ces objectifs“, dira Bissy Sangaré.

Selon Oumar H. Dicko, Bougouni fera partie de leurs priorités essentielles pour permettre une assise forte du parti à l’échelle nationale. “La présence des vieux compagnons de mon père et de Fily Dabo Sissoko me prouvent que Bougouni est un véritable bastion du PSP ; Pour cela, il ne faudra pas rater l’occasion d’imposer ce parti ici”, a-t-il martélé.

Des remerciementsont été formulés à la famille de Toumani Sangaré qui a été d’un apport capital lors des élections législatives de 2007 en faveur du candidat PSP, M. Youssouf Sangaré. A l’issue de cette rencontre, un comité de coordination sera mis en place pour mener à bien la campagne électorale future et faciliter la communication entre le sommet (Bamako) et la base (Bougouni).

La section a donc été informée de la présence d’un permanent au siège national, pour toute information nécessaire. Selon Bissy Sangaré, les contacts et les visites seront multipliés pour galvaniser davantage les militants de la capitale du Banimonotié. Cette visite du BPN du parti à Bougouni renoue la confiance entre les militants et les responsables du parti. “Aujourd’hui, nous sommes rassurés que le PSP soit de retour.

Car on nous a tout fait à Bougouni, et même dit que le parti est bel et bien mort. Vous pouvez compter sur nous ,pour aider la nouvelle génération“, a promis Touramakan Sissoko, un vieux compagnon de Fily Dabo Sissoko.

On imagine alors toute la confiance et la satisfaction de Oumar H. Dicko et sa délégation, qui ont promis de tout mettre en oeuvre pour ne pas decevoir les militants de Bougouni et ses environs. Des temoignages émouvants sur la vie du PSP (de 1946 jusqu’à son interdiction) ont mis fin à la visite.


Sadou BOCOUM

30 Avril 2008