Partager


Le mercredi dernier à minuit, la commission de réception des candidatures pour les élections municipales d’avril 2009 du gouvernorat du District de Bamako a clôturé l’enregistrement des candidatures en présence d’un huissier de justice.

Au décompte final, les six communes de Bamako ont enregistré 131 listes de candidatures comprenant 5917 candidats. Plus de 40 partis politiques et regroupements de partis ont déposé 102 listes de candidatures. Les Indépendants n’ont pas démérité avec 29 listes reparties entre les six communes du District de Bamako.

Pour le plus grand nombre de listes de candidatures, la commune VI vient en tête avec 28 listes dont 6 pour les indépendants. Elle est suivie de la commune I avec 26 listes dont 6 pour les indépendants ; la commune IV avec 25 dont 7 pour les indépendants ; les communes III et V avec respectivement 21 listes chacune. La commune II ferme la marche avec 20 listes de candidatures comprenant 5 listes pour les Indépendants.

Sur la quarantaine de partis politiques, qui ont déposé des listes, on retrouve les grosses pointures du paysage politique notamment l’ADEMA, l’URD, le RPM, le CNID-FYT, le MPR, l’US RDA…. Ces partis ont postulé dans toutes les communes du District de Bamako, excepté le CNID qui a renoncé en Commune IV.

Au terme de la loi électorale (article 173), le représentant de l’Etat dans la Région ou le District de Bamako procède à la publication des listes de candidatures reçues dans les 48 heures après la date limite fixée pour le dépôt. C’est-à-dire dans le cas qui nous concerne, à partir du samedi 14 mars.

En cas de contestation au sujet de l’enregistrement de candidatures (article 175), le tribunal civil est saisi par les partis politiques, les groupements de partis politiques et les mandataires de listes indépendantes au plus tard 48 heures après la publication des candidatures. La même faculté appartient au représentant de l’Etat dans la Région ou le District de Bamako.

Le juge civil statue en premier et dernier ressort dans un délai de 5 jours à compter de la réception de la requête. Sa décision emporte proclamation des listes définitives de candidatures.

La loi électorale précise également qu’après la date limite de dépôt des listes, aucune substitution, aucun retrait de candidature n’est admis. Toutefois, entre cette date et la veille du scrutin, en cas de décès ou d’inéligibilité du candidat, le mandataire de la liste fait sans délai, déclaration complémentaire de candidature au représentant de l’Etat dans la Région ou le District qui la reçoit et en transmet copie au ministre chargé de l’Administration Territoriale.

Il faut souligner que tous ces candidats vont se livrer une bataille atroce pour occuper les 250 sièges à pourvoir. Cette guerre de positionnement devra en principe commencer ce matin avec l’envahissement des tribunaux civils par les requêtes des différents protagonistes à Bamako.

I. Maïga

16 Mars 2009