Partager

Le ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, Badra Alou Macalou, a rendu visite, mardi 5 février, aux membres de la Commission nationale de Gouvernance du Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs (MAEP) à l’ACI 2000. Il s’agissait pour lui d’adresser les encouragements du Président de la République, Amadou Toumani Touré aux membres de la Commission et de s’enquérir les conditions dans lesquelles celle-ci travaille.

Décidément, le Gouvernement du Mali accorde une importance capitale au Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs (MAEP) qui est «un instrument auquel adhèrent volontairement les Etats membres de l’Union Africaine en tant que mécanisme africain d’autoévaluation».

Son objectif, c’est d’encourager «l’adoption des politiques, normes et pratiques en vue de promouvoir la stabilité politique, une croissance économique élevée, un développement durable et une intégration économique sous-régionale et continentale accélérée grâce au partage des expériences et au renforcement des meilleures pratiques et acquis, y compris l’identification des lacunes et l’évaluation des besoins dans le domaine du renforcement des capacités».

C’est dans le cadre du processus du MAEP, démarré depuis juin 2007, qu’une Commission nationale de gouvernance a été mise en place en septembre 2007.

Cette Commission, composée d’éminents cadres, est présidée par Ousmane Diallo, ancien ministre du Plan. Ce n’est que le 1er novembre 2007 que la Commission a officiellement démarré ses activités.

Le démarrage officiel a été suivi d’un atelier de formation à l’intention des membres de la Commission, les 8 et 9 janvier 2008.

Sans oublier le recrutement des bureaux d’études et la constitution des groupes de recherche.

Soucieux de l’avancement de ce processus du MAEP, le ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, Dr Badra Alou Macalou, a rendu visite, le mardi 5 février, à la Commission nationale de gouvernance, sise à l’ACI 2000.

C’est avec beaucoup de joie et de fierté que les membres de la Commission, avec à leur tête le président Ousmane M. Diallo, ont réservé un chaleureux accueil au ministre Badra Alou Macalou et à sa délégation. Il s’agissait pour lui d’adresser les encouragements du Président de la République, Amadou Toumani Touré et du Premier ministre, Modibo Sidibé aux membres de la Commission, qui ont accepté, volontiers, de faire ce travail.

Une occasion pour lui de s’enquérir également des conditions dans lesquelles la Commission travaille. «Le Gouvernement du Mali est aujourd’hui conscient du travail que la Commission Nationale de Gouvernance est en train de faire et continuera à faire. C’est pourquoi, j’ai décidé de vous rendre visite afin de magnifier notre gratitude, de vous dire les attentes du peuple malien. Nous vous remercions du fait que vous avez accepté volontairement de vous mettre au service du Mali, dans le cadre de l’exercice que nous entamons du processus du Mécanisme d’Evaluation par les Pairs. Cette attitude volontaire est patriotique et mérite d’être saluée et reconnu» a déclaré le ministre Badra Alou Macalou.

Le champ de bataille de cette Commission, a souligné le ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, «Il s’agit de se livrer à un exercice qui nous permet d’évaluer la Gouvernance dans notre pays, (gouvernance démocratique, gouvernance économique, gouvernance des entreprises). Sans oublier le développement socio-économique.

Il s’agit également de faire le point à partir des réalités, en faisant en sorte que nous réussissions à faire participer l’ensemble de nos compatriotes, les Maliens partout où ils se trouvent, de déceler nos forces, mais surtout toutes les faiblesses de notre système afin d’y apporter les correctifs nécessaires…» a-t-il conclu.

Alou B HAIDARA