Partager


L’un de ses commissaires vient de planquer, il y a à peine deux semaines son véhicule de service, une V8 toute neuve d’une valeur de 70 millions Fcfa. Le comble est qu’au sein de la commission, on veut faire un “black out” sur cette affaire dont le dessous est profond. Mais nos sources sont formelles: l’indélicat commissaire aurait organisé lui-même le vol du V8 et l’aurait expédié à des accointances armés proches du Mnlaen guise de sa “contribution à l’effort de guerre”.

La Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (Cdvr) est en passe de devenir une épine dans les pieds des nouvelles autorités élues de la République du Mali. En plus d’être budgétivore par sa taille (33 commissaires et le personnel d’appui) et les avantages faramineux accordés à ses membres, la fameuse commission à la réputation de ne pas comprendre sa mission tant elle n’a pas obtenu de résultats jusque là.

Au sein de l’opinion publique, des voix se sont levées pour demander sa dissolution, parce qu’elle n’est pas nécessaire. Comme si cela ne suffit pas, des commissaires peu loyaux avec la République du Mali ne sont là que pour servir d’autres intérêts.

L’un de ses commissaires vient de planquer, il y a à peine deux semaines son véhicule de service, une V8 toute neuve d’une valeur de 70 millions Fcfa. Le comble est qu’au sein de la commission, on veut faire un “black out” sur cette affaire dont le dessous est profond. Pourquoi ?

UN BRAQUAGE QUI NE DIT PAS SON NOM

Notre commissaire en question est un ressortissant du Nord du Mali. Il habite à Sirakoro Méguétana en Commune VI du district de Bamako. Un beau soir, aux environs de 19 heures (au moment du crépuscule), il fit le plein des 2 réservoirs de sa V8, puis il envoya son fils en commission avec le même véhicule à ATT-Bougou Niamana sur la route de Ségou.

Quelques heures plus tard, le “fiston” revint en famille sans la V8. Trois jours plus tard, l’indélicat commissaire aurait prévenu le président de la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation, M. Mohamed Salia Sokona, de la disparition de sa V8 de service qui aurait été braquée. A la commission Dialogue, vérité et réconciliation, on tente de faire un “black out” sur l’affaire. Mais nos sources sont formelles: l’indélicat commissaire aurait organisé lui-même le vol du V8 et l’aurait expédié à des accointances armés proches du Mnlaen guise de sa “contribution à l’effort de guerre”.

L’indélicat commissaire, bien connu dans les milieux de l’éducation nationale, n’en serait pas à son premier coup. Par le passé, il aurait servi la même anecdote pour justifier la “disparition” de deux autres véhicules, alors que le Mali connaissait la rébellion de 2006 avec feu Ibrahim Ag Bahanga et, avant, celle des années 1990.

La question qui brûle toutes les lèvres est pourquoi à la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation, on tente d’étouffer cette affaire ? En tout cas, les membres de ladite commission, contactés par nos soins, déclarent n’être pas au courant de la disparition de la V8 d’un commissaire.

L’intéressé lui, interrogé, affirme que le véhicule a été braqué par des inconnu à ATT- Bougou Niamana lorsqu’il avait envoyé son fils faire une commission il y a de cela 2 semaines. Curieusement, nos sources s’accordent à dire qu’aucune plainte n’a été déposée, ni à la police, ni à la gendarmerie. Il n’y aurait même pas eu un simple communiqué de perte ou de vol.

Il appartient désormais aux autorités compétentes de tirer cette affaire au clair et avec toutes les conséquences qui s’imposent.

Facourou TOUNKARA

06 février 2014