Partager

Pour les activités de la quarante sixième session de la communication du développement social, le ministre du Développement Social, de la Solidarité et des Personnes Agées M. Sékou Diakité, a effectué le déplacement pour le siège des Nations Unies à New York.

Pour ce voyage au pays de l’Oncle Sam, le ministre Sékou Diakité est accompagné de deux de ses proches collaborateurs. Dans une correspondance, au cours de son intervention devant l’auguste assemblée, le ministre Diakité a félicité l’Organisation des Nations Unies pour le rôle pionnier qu’elle a eu à jouer dans la sensibilisation de la communauté internationale, pour la prise en compte du plein emploi et d’un travail décent pour tous.

Le ministre a aussi rappelé les efforts déployés par le Mali, dans le domaine de la création d’emplois productifs et l’encadrement des groupes sociaux, tels que les personnes âgées, les personnes handicapées et les jeunes, malgré les contraintes objectives auxquelles l’économie malienne est confrontée.

Par ailleurs, il a exhorté les pays développés à honorer leurs engagements, par rapport à l’ordre public au développement en faveur des pays pauvres. Il a, en outre, plaidé en faveur d’un commerce plus équitable, afin de garantir les revenus des agricultures des pays en voie de développement.

Dans le cadre du thème prioritaire de cette session -à savoir “Le plein emploi et le travail décent” -, la commission a dialogué sur les moyens d’intensifier les actions pour éliminer toutes les formes de violence contre les femmes, dans le monde au travail.

Aujourd’hui, environ 10% de la population du globe vivent avec un handicap. A la tribune des Nations Unies, les différents orateurs ont rappelé en insistant que 80% des personnes handicapées vivent dans les pays en développement.

Dudit communiqué, il ressort que la question du handicap a été perçue comme une facette émergente des programmes de développement, par les membres d’une commission qui s’est attaquée à l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes dans le monde du travail.

Au cours de la table ronde sur l’intégration de la question des personnes souffrant de handicap, les intervenants ont souligné que c’est surtout le manque d’accès de ces personnes à l’éducation, à l’emploi et aux services publics qui aggrave ce cercle vicieux entre handicap et pauvreté.

Laya DIARRA

18 février 2008.