Partager

L’hôtel Mandé a abrité, le lundi 7 novembre, l’ouverture de la première session du Cadre harmonisé d’analyse et d’identification des populations les plus vulnérables à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle.

Elle était présidée par le ministre Commissaire à la sécurité alimentaire, Oumar Ibrahim Touré, en présence de la Représentante Residente de la FAO au Mali Fatouma Diama Sey.

Elle a également regroupé les Experts et les Coordinateurs du dispositif national de sécurité alimentaire et les PTF.
Aux dires de la représentante de la FAO, la présente rencontre, (7 au 12 novembre), nous offre l’opportunité d’exprimer une fois de plus, la disponibilité entière de la FAO et de tous les partenaires et leur solidarité à l’endroit du Mali. A l’instar des pays du Sahel, le Mali fait face à des chocs recurrents affectant la sécurité alimentaire et nutritionnelle. De milliers de personnes vivant au-dessus du seuil de la pauvreté.En milieu rural, l’accès à l’alimentation constitue un défi permanent. Les populations vulnérables consacrent plus de la moitié de leurs revenus dans l’alimentation.
A cet effet, le Cadre harmonisé au Mali constitue un outil de référence, fédérateur pour une bonne analyse de la situation alimentaire des populations, à en croire Mme Fatouma Diama Sey.

Prenant la parole pour lancer les travaux, le ministre Commissaire à la sécurité alimentaire a précisé que, durant sept jours de travaux, les experts vont passer en revue les données afin de les discuter et de les analyser. Malgré l’évolution méhodologique, les résultats de la campagne sylvo-agro-pastorale de 2016-2017 restent déterminants pour contextualiser les indicateurs de résultats.

Le ministre Touré a également formulé des inquiétudes sur la situation du pays en général, caractérisée par l’insécurité, les inondations, la crue, les ravageurs pour la culture. C’est pourquoi, il a fait savoir aux experts : « les populations attendent beaucoup des résultats de leurs travaux. Au niveau du Commissariat, nous avons commencé à recevoir de fortes interpellations. Ayant sillonné presque tout le nord du Mali, le centre et le sud, les regards sont croisés vers vous, les experts, parce que vous allez analyser les données afin de nous proposer de bonnes indications nous permettant de prendre les décisions qui s’imposent », a laissé entendre Oumar Ibrahim Touré.

Adama Bamba

22 Septembre du 10 Novembre 2016