Partager


Vers la réalisation des programmes majeurs pour passer d’une sécurité alimentaire précaire à celle durable.


La mise en place des délégations régionales de Sécurité alimentaire, la mise en œuvre du Programme national de Sécurité alimentaire et celui du Programme intégré de développement de la région de Kidal (PIDRK), la poursuite de la réalisation du Programme d’investissement et de développement rural des régions du Nord (PIDRN).

Tels sont les programmes majeurs sur lesquels les activités du Commissariat à la sécurité alimentaire seront prioritairement axées dans les prochaines années. Ces différentes priorités ont été dévoilées, hier lundi 30 juin, par le Commissaire adjoint à la Sécurité alimentaire, Yaya Nouhoun Tamboura.

C’était à la suite de l’atelier sur la revue des programmes de 2007 et l’élaboration des Budgets-programmes 2009-2011 de ladite structure.

Plancher sur les réalisations de 2007 et élaborer les Budgets-programmes 2009-2011 du Commissariat à la sécurité alimentaire. C’est l’exercice auquel les directeurs de Services, les chefs de projets et programmes rattachés au Commissariat à la sécurité alimentaire s’attellent depuis hier, lundi 30 juin, dans la salle de conférence de ladite structure.

Outre les chefs de départements, cet atelier a enregistré la participation des experts de la Direction nationale du Budget, de celle de la Planification et du développement, de la Cellule de statistique et de Planification du ministère de l’Agriculture.

La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par le Commissaire adjoint à la Sécurité alimentaire, Yaya Nouhoun Tamboura, représentant la Commissaire, Mme Lansry Nana Yaya Haïdara.

Situant le contexte de l’élaboration de ces Budgets-programmes, Yaya Nouhoun Tamboura a rappelé qu’il s’agit « d’un processus participatif qui privilégie la transparence dans l’allocation des budgets par programme. Elle responsabilise en même temps les chefs de programmes dans la préparation et l’affectation de leur budget.

Il en résulte une plus grande lisibilité dans la gestion des dépenses publiques« . Cette lisibilité doit se traduire, selon lui, par le « passage d’une sécurité alimentaire précaire à une sécurité alimentaire durable ».

Les actions déjà entreprises en ce qui concerne  » la mise en place et le suivi-évaluation des banques de céréales au niveau de l’ensemble des communes du Mali, les distributions alimentaires gratuites, le suivi de la situation alimentaire, le renforcement des stocks nationaux de céréales, pour l’atteinte de l’objectif du Programme de développement économique et social de 100 000 tonnes de stocks de céréales à l’horizon 2012 » ont été des points évoqués par l’adjoint au Commissaire.

Yaya Nouhoun Tamboura a aussi révélé, que les programmes majeurs du Commissariat à la sécurité alimentaire, pour les prochaines années, seront prioritairement axés sur la mise en place des délégations régionales de sécurité alimentaire, la réalisation du Programme national de sécurité alimentaire.

S’y ajoutent la mise en oeuvre du Programme intégré de développement de la région de Kidal (PIDRK) et la poursuite de la mise en œuvre du Programme d’investissement et de développement rural des régions du Nord (PIDRN).

Pour ce qui est de la Revue des programmes de 2007, l’approche des participants consistera à examiner, discuter et adopter le point d’exécution des prévisions de 2007 et les prévisions de l’exercice 2009. Il s’agit aussi de préciser les objectifs spécifiques, les résultats attendus, les indicateurs de résultats et les activités pertinentes à mener.

Il s’agira également pour les cadres de la structure de centrer la réflexion sur la formulation des activités pertinentes pour les différents programmes et leur cohérence avec les indicateurs du Cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté (CSCRP) et les objectifs du PDES qui constituent les cadres de références de toutes les politiques du pays.


Kassoum THERA

01 Juillet 2008