Partager

Le président d’Amnesty international, M. Touré, dans son discours, a parlé d’abord des dangers causés par la prolifération des armes légères à travers le monde et plus précisément en Afrique de l’Ouest. Selon lui, il y a 639 millions d’armes légères vendues dans le monde par an et plus de 8 millions en Afrique de l’Ouest. Ce qui équivaut à plus d’une arme pour 25 personnes dans la région.

Ces armes anéantissent notre développement, aggravent la pauvreté et accentuent la criminalité, a affirmé M. le président. Il a également dit que les gouvernements doivent réagir face à la prolifération des armes, sinon l’avenir de leur population sera hypothéqué.

Pour lui, la campagne Controlarms a comme but de mettre un frein au commerce illicite des armes dans le monde et pour encourager les gouvernements à signer un traite sur le commerce des armes dans le monde qui contrôlerait les armes en circulation, et enfin l’année 2006 sera une opportunité pour la lutte pour le contrôle des armes de franchir une étape majeure et d’avoir un impact réel. C’est le moment plus que jamais de dire « Non » à la violence armée en Afrique de l’Ouest et dans le monde.

Le responsable régional de l’information et de la communication Oxfam America, Valéry Traoré, a signalé qu’en Afrique de l’Ouest la campagne qui oeuvre pour la transformation du moratoire de la CEDEAO de 1998 en convention a déjà réussi quelques exploits.

Jusqu’ici, le Bénin, la Sierra Leone, la Guinée, le Sénégal, le Ghana et le Mali ont exprimé leur engagement pour un contrôle beaucoup plus strict des armes.

Pour Oxfam, la campagne “Controlarms” peut contribuer à maintenir la question du traite sur le commerce des armes au niveau de l’agenda mondial et favoriser la ratification d’une convention ouest africaine sur le contrôle du transfert des armes au niveau régional.

A la fin de son discours Valéry a fait savoir que pour promouvoir la signature d’un traité sur le commerce des armes; que la campagne “Controlarms“ a lancé à travers le monde une pétition pour un million de visages et qui collecte des centaines de milliers de signatures de personnes directement ou indirectement affectées par la violence armée.

Le secrétaire à l’info et à la communication d’Amnesty international a rappelé à la presse que la CEDEAO se réunira au mois de juin et que l’extension du moratoire adoptée en 1998 sur l’importation et l’exportation des armes légères sera certainement à l’ordre du jour, et que chacun des 15 pays membres de la CEDEAO doit être convaincu du besoin de le transformer en un document beaucoup plus contraignant afin de réduire les guerres civiles et conflits qui depuis 1998, ravagent les pays membres de la CEDEAO tels que la Sierra Leone, le Libéria, la Guinée Bissau et le Nigeria et Côte d’Ivoire.

Le secrétaire a ensuite rappelé que dans quelques semaines plus tard, les pays de l’Afrique de l’ouest vont se joindre au reste de la communauté internationale à New York pour réviser le programme d’action sur les armes légères et évaluer l’adoption du traité sur le commerce (CTA) qui bannirait le transfert illicite des armes légères pour que cette année soit une année d’action en Afrique de l’Ouest. La campagne “contrôlons » les armes procéda au lancement d’imprimés et de spots radio et télé animés par quelques unes des plus grandes célébrités de l’Afrique de l’Ouest qui ont dit « Non » à la violence armée.

Les noms de ces célébrités sont : Oumar Pene, Nix, Philip Monteiro, Jacob Desvarieux, Ticken Jah Fakoly, A’ Solfo et Dakore Egbyson.

Il faut rappeler que Ticken Jah Fakoly était l’invité principal dans cette conférence de presse. Ticken Jah Fakoly a déclaré que le rôle des artistes est d’éduquer et d’informer la population. Il a également déclaré que l’arme fait du mal à tout moment en disant que “chaque minute, la violence armée tue une personne”, et qu’il est important que chacun prenne conscience des dangers causés par les armes. Il a lancé un appel aux dirigeants africains de faire face au commerce illégal des armes.

La responsable régionale de l’information et de la communication d’Oxfam America a fait la clôture de cette conférence de presse en disant que le lancement médiatique de la campagne 2006 sera simultanément accompagné par des conférences de presse dans sept pays ouest-africains à savoir le Sénégal, le Nigeria, le Ghana, la Sierra Leone, la Guinée Bissau, le Niger et le Mali.

Yacouba NIAMBELE (stagiaire)

24 janvier 2006.