Partager


Le Président de la Coordination des Associations et Groupements des Commerçants Détaillants du Mali, Hamma Abba Cissé, se trouve une fois de plus dans la ligne de mire de certains membres de son Bureau Exécutif.

Après une première tentative infructueuse pour le débarquer de la Présidence de ladite Coordination, ces derniers reviennent encore à la charge. Depuis quelques semaines déjà, une pétition est en train de faire le tour des marchés de Bamako et de l’intérieur du Mali pour la tenue d’une assemblée de clarification pour le 29 mars prochain au plus tard.

En fait de clarification, ces membres du Bureau Exécutif de la Coordination des Associations et groupements des Commerçants Détaillants du Mali veulent piéger le Président Hama Abba Cissé pour mieux l’avoir. Selon certains Détaillants de Bamako, ce regain de tension au sein de leur structure est dû en partie au président Hamma Abba Cissé lui-même.

C’est une de ses lettres circulaires portant le n°0002/07 en date du 8 mars 2007 qui aurait mis le feu aux poudres. Dans cette lettre circulaire, indique notre source, le Président Cissé a été très amer envers certains membres du bureau exécutif qu’il soupçonne d’être des partisans de la tendance Ousmane Guittèye.

Dans sa lettre circulaire adressée le 8 mars dernier à tous les Présidents des Coordinations Régionales, de cercles et des Communes du District de Bamako, Hamma Abba Cissé fera savoir qu’il lui a été donné de constater et cela depuis les élections consulaires d’octobre 2006 que « les Camarades membres du Bureau Exécutif de la Coordination des Associations et Groupements des Commerçants Détaillants du Mali ayant délibérément battu campagne pour la tendance Guittèye, agissent sans mandat officiel en utilisant illégalement leur statut« .

Par ces procédés dilatoires et opportunistes, dira-t-il, « ils outrepassent leurs prérogatives et du coup violent de façon flagrante les principes sacro-saints de notre organisation nationale« .

Le Président Hamma Abba Cissé tiendra aussi à rappeler que « de tels comportements sont répréhensibles, parce que contraires à la déontologie et à l’esprit de groupe et de solidarité qui constitue les règles de base de notre organisation commune« .

Hamma Abba Cissé conclura que toute démarche, à quelque niveau que ce soit doit être sous-entendue par des instructions du Président de l’Organisation ou de ses adjoints dûment mandatés. A défaut, tiendra-t-il à réaffirmer : « tout agissement contraire aux présentes dispositions n’engage que leurs seuls auteurs et la Coordination des Associations et Groupements des Commerçants Détaillants du Mali se réserve le droit de leur infliger des sanctions disciplinaires« .

Cette attaque frontale et brutale du Président Hamma Abba Cissé n’a apparemment pas été du goût des membres visés. Ces derniers, par la voix du Secrétaire Général de ladite Coordination, Youssouf Kebé, ont tenu à apporter la réplique nécessaire.

Dans une correspondance adressée dans la même forme au Président Hamma Abba Cissé, avec ampliations au MATCL ; au Ministère de l’Industrie et du Commerce ; au Gouvernorat du District de Bamako ; au Maire du District de Bamako ; à la CCIM et à tous les partenaires, Youssouf Kebé dira à l’endroit de son Président : « nous sommes confus et surpris à plus d’un titre ».

Il demanda d’abord au Président Hama Abba Cissé de spécifier et justifier en quoi consistent ses agissements dont il parle dans sa lettre circulaire n°0002/07 en date du 08/03/2007.
En attendant la réponse à cette question, ils sont tentés de croire deux choses : soit le Président Hamma Abba Cissé en veut aux membres du Bureau Exécutif incriminés parce qu’ils n’ont pas épousé son choix qui doit obligatoirement être celui de toute la Coordination.
Selon Youssouf Kebé « cette mise en scène est le scénario idéal pour prendre de cours vos adversaires et vous débarrasser d’eux une fois pour toutes« .

Soit, il s’agit « d’une ultime parade pour reprendre la main face à l’émiettement croissant de la Coordination des détaillants résultant de votre gestion personnelle et clanique qui vous a rendu impopulaire« .

Au Secrétaire Général de la Coordination de conclure en ces termes : « contrairement à vos accusations imprécises et sans fondement, c’est vous qui êtes en flagrant délit de violation de nos statuts et règlement dans lesquels les décisions et sanctions sont toujours prises en Assemblée générale ou en réunion de bureau« .

Ces échanges d’amabilités entre le Président et les autres membres du Bureau Exécutif de la Coordination des Associations et Groupements des Commerçants Détaillants du Mali prouvent que rien ne va plus au sein de cette structure. La pétition qui circule dans nos marchés en est une illustration parfaite.

Birama Fall

20 mars 2007.