Partager

En vue de relayer auprès des populations la bonne information sur le RAVEC (Recensement Administratif à Vocation d’Etat Civil) un atelier de formation à l’intention des journalistes de la presse écrite et orale des régions de Koulikoro, Kayes et du District de Bamako s’est déroulé dans la salle de conférence du Gouvernorat de Koulikoro du 7 au 8 janvier dernier.

Au total, on notait la présence d’une quarantaine de journalistes, la rencontre était présidée par le Gouverneur de la région de Koulikoro M. Sounkalo Bouaré et le coordinateur du RAVEC Moriba Sinayogo.


Le rôle de la presse

Le gouverneur, dans son mot de bienvenue, a souhaité aux hôtes les vœux du nouvel an avant de saluer le choix de sa région pour accueillir la rencontre. Par la même occasion, il a souligné que la presse constitue un rélai de proximité en vue de l’atteinte des objectifs du RAVEC, à savoir la collecte des données individuelles fiables. Il demanda ensuite aux participants d’être assidus pour la bonne tenue de la rencontre. Le RAVEC permettra de moderniser un ensemble de données.

Modernisation de l’état civil au Mali

Au Mali, l’état civil est aujourd’hui confronté à plusieurs difficultés d’ordre institutionnel, logistique et financier qui entament sa fiabilité et ses performances. Afin de permettre son adaptation au nouveau contexte sociopolitique, au phénomène de démocratisation des institutions et au respect des différents accords internationaux, le Gouvernement du Mali et ses partenaires conviennent de consentir des efforts importants en direction du système d’Etat civil dans sa globalité.

Il s’agit entre autres de mettre en place, au niveau des villages, fractions et quartiers des centres urbains, un système de collecte efficace de tous les faits d’état civil au moment de leur survenance à l’aide des registres de déclaration, permettre un traitement rapide des informations, en équipant convenablement les communes et en assurant une formation adéquate des acteurs, de doter les cercles d’unités de saisie informatisées capables de prendre en charge tous les faits d’Etat civil émanant des communes, de doter les régions d’équipement permettant de centraliser toutes les données de cercles de la région en vue de la constitution du fichier et de la sécurisation du suivi et du contrôle des données; de mettre en œuvre des moyens permettant la création d’un fichier central.

Pour permettre la réalisation de ces activités, il est envisagé la mise en œuvre dans le cadre du programme de consolidation de l’état civil de deux opérations complémentaires.

Le recensement administratif a vocation état civil (RAVEC)

Le RAVEC est une opération dont le but principal est de recenser tous les citoyens maliens, y compris ceux qui n’ont pas de pièces d’Etat civil, en recueillant leurs données biométriques (photo et empreintes digitales) pour constituer un fichier central ouvert à diverses applications, avec attribution d’un identifiant unique.


Modernisation de l’état civil

La modernisation de l’Etat civil en cours au Mali est une opération fondée sur la formation des acteurs et la mise en place d’un réseau permettant d’actualiser et de mettre à jour les registres par la gestion permanente des faits d’état civil. Elle s’inscrit dans la durée contrairement au RAVEC qui constitue une opération circonscrite dans le temps.

Pour la bonne marche de la modernisation de l’état civil, un certain nombre de mesures s’imposent que sont : l’adoption du cadre législatif et réglementaire régissant l’état civil au contexte de la décentralisation et la bonne gouvernance.

La conception et mise en oeuvre d’un plan de communication permettant, d’une part, de sensibiliser la population, les autorités administratives, les partenaires et les agents sur la nécessité de la déclaration des faits d’état civil, et d’autre part, d’impliquer les leaders communautaires, les maires et les enfants dans la collecte et la déclaration des faits d’état civil.

Le renforcement des capacités des acteurs et structures impliqués dans la gestion du système d’état civil. L’élaboration des outils adaptés pour l’enregistrement des naissances, mariages et décès dans toutes les communes et les missions diplomatiques et consulaires. La mise en place des logiciels et d’équipements informatiques de traitement, de production et de conservation des pièces d’état civil, l’élaboration d’un plan de formation des acteurs de l’état civil et la réalisation de la formation.

Équipement des structures impliquées (centre secondaire d’état civil, centre principal d’état civil, centre d’état civil de cercle, centre national d’état civil). Déploiement d’un plan de maillage devant aboutir à terme à l’implantation d’un centre de déclaration par village, soit environ 12 000 centres, de manière à rapprocher au maximum le service public de l’état civil.

Tous les agents de déclaration recevront une formation appropriée et seront dotés en Kits devant assurer leur mobilité. La prise en charge par l’état des frais de confection des registres, de manière à rendre effectif le principe de gratuité ; organiser un système efficace de contrôle et de suivi évaluation incluant les autorités judiciaires et administratives, etc.

Un logiciel développé pour la gestion

Les opérations de modernisation, notamment la gestion des actes et des registres d’état civil, servent à alimenter la base de données du centre national d’état civil. La gestion des registres et actes d’état civil se fera au moyen d’un logiciel développé conformément aux dispositions d’un cahier des charges qui sera élaboré par le MATCL et dont le principe de base sera la compatibilité avec le logiciel de mise à jour et de gestion de la base de données centrales.

Ce logiciel sera mis en place en même temps dans toutes les unités de centralisation et de saisie des données d’état civil implantées dans les régions. Ce qui permettra au programme d’avancer de façon uniforme sur toute l’étendue du territoire.

Les avantages du RAVEC

Le coordinateur du RAVEC, dans son exposé sur le RAVEC, a lui aussi souligné le rôle crucial de la communication dans la l’atteinte des objectifs du RAVEC. En ce qui concerne les avantages, il a souligné qu’il s’agit de l’enregistrement de tous les Maliens, la délivrance d’acte de naissance à des enfants de O à 5 ans pour les enfants qui en sont dépourvus, via les jugements supplétifs. La sécurisation du fichier électoral qui est tant souhaitée par les formations politiques.

Sur l’ensemble du territoire et à l’extérieur les opérations du RAVEC se dérouleront du 15 janvier 2009 à mi-septembre de cette année. De ce fait, le territoire national est divisé en zones : la zone 1 regroupe Koulikoro et Kayes, la zone 2 Ségou et Sikasso, et les autres régions du Mali composent la zone 3. La District de Bamako et les Maliens de l’extérieur constituent une zone spécifique.

Pour la première zone, les opérations commenceront le 15 janvier et prendront fin mis mars. Pour les zones 2 et 3, les opérations s’entendront d’avril à septembre. La zone spécifique qui regroupe Bamako et les Maliens de l’extérieurs, sera concernée entre janvier et septembre.


L’élaboration d’un message

Ces deux journées de travaux ont été sanctionnées par l’élaboration et l’enregistrement d’un message pour inviter les populations à adhérer au RAVEC, (message élaboré est sonore). S’agissant de la presse écrite, le travail a consisté en la présentation d’un article de presse sur le RAVEC.


Mamoutou DIALLO

12 Janvier 2009