Partager

L’Assemblée générale élective du président de la zone de la zone II des Comités Nationaux Olympiques d’Afrique a lieu le samedi 26 octobre à l’hotel Massaley. 14 délégués sur 16 qui composent les pays de cette zone ont fait le déplacement. Le président Habib Sissoko a été désigné à l’unanimité des délégués présents à la conférence.

Les débats ont été houleux par rapport au mode de désignation du commissaire aux comptes. Certains ont proposé le remplacement du commissaire aux comptes par une autre appellation, d’autres pensent que le commissaire ne doit pas être du bureau, mais une personne extérieure ; cela pour plus de sérieux quant à l’évaluation du bilan du bureau ont estimé les deux délégués guinéens. Habib a donc proposé que le commissaire aux comptes soit remplacé par un auditeur extérieur ; ce qui fut accepté.

Le dit poste a été attribué Sergo Maney de la Guinée Biseau. La vice présidence est revenue à Mamadou Dibba de la Gambie, et la trésorerie à Mohamed Traoré du Mali. Le secrétariat exécutif est revenu à Fassiriman Diakité du Mali, et Seydina Omar du Sénégal devient le secrétaire général du bureau.

Le président Habib Sissoko se dit fier d’être élu à la tête du comité Olympique de la zone II. Pour lui, rien ne tombe du ciel et il n’y a pas de hasard dans la vie. Il dira que le Mali s’est tout le temps engagé pour la promotion de la zone II. Le Mali a toujours fait pour la promotion de zone II, au niveau politique et sportif. « En 2007, nous avons organisé les jeux de la zone II au Mali, et au même moment et à la période il y avait les jeux des autres Zones, des activités similaires » a-t-il déclaré. Il dira que c’est l’appui financier de notre gouvernement qui leur a permis de réaliser l’une des meilleures œuvres ; cela en terme d’organisation, d’implication de notre gouvernement et aussi en terme de communication.

Le choix porté sur le Mali, pour l’orateur, est bien mérité. C’est à l’unanimité que les autres sont venus vers nous pour demander de diriger l’association. Il dit se battre pour réaliser les activités en concevant un bon programme. « Nous allons mettre en œuvre un programme qui va permette à notre zone d’être à un bon niveau dans l’ACNOA. Pour la simple raison que nous connaissons l’importance des étapes d’une bonne compétition » a-t-il expliqué.

Il a ajouté que pour que l’athlète ait une bonne performance et que l’entraineur ait un bon repère, il faut qu’il commence d’abord au niveau national, lors des compétitions au niveau national. L’étape suivante qu’est la compétition sous-régionale, a aujourd’hui tendance à disparaitre. Alors, Habib pense que c’est cela qui nous fait un peu défaut par rapport à la bonne performance. Il dit vouloir introduire cette étape et demander au niveau de l’ACNOA et du CIOA que la solidarité donne des moyens pour qu’il fasse revivre cette étape importante des compétitions sous régionales pour une bonne performance.

« Quand j’étais directeur technique du Judo et quand j’étais entraineur, on se basait sur ce critère pour sélectionner nos athlètes au niveau des jeux africains ou au niveau du championnat d’Afrique. Je mettrai l’accent sur ce point durant mon mandat et je ferai tout pour honorer, non seulement le comité Olympique malien, mais aussi tout le Mali, à travers mon engagement et celui de toute mon équipe, pour l’avancée de la zone II en athlétisme » a-t-il conclu.

Pour Seydina Omar N’Diaye secrétaire général du bureau de la Zone II de l’ACNOA. Depuis 4 ans la zone II est restée inerte. Il a cependant rappelé qu’en 2006 le premier jeu de cette zone a été une réussite ; ce qui motivé les autres zones à les imiter.

Pour lui, le choix d’Habib Sissoko à l’unanimité s’explique par son sérieux, sa sagesse et son dévouement pour l’athlétisme dans la Zone .

A.D

Le Guido du 30 Octobre 2013