Partager

Des combats entre l’armée et des forces rebelles se sont produits lundi matin à Birao, la principale ville du nord de la Centrafrique actuellement engagée dans un processus de paix et qui doit organiser cette année des élections présidentielle et législatives.L’attaque, dont les auteurs n’ont pas été clairement identifiés, est survenue alors que les autorités de Bangui, les ex-rebelles et leurs partenaires ont lancé la semaine dernière à Paoua (nord-ouest), la vérification des listes des ex-combattants en vue de leur démobilisation, de leur désarmement et de leur réinsertion (DDR), dans le cadre d’un précaire processus de paix initié en 2009..Aucun bilan n’était encore disponible lundi après-midi et des incertitudes demeuraient sur les auteurs de l’attaque. Initialement prévues fin avril, les élections ont été repoussées à deux reprises, l’opposition estimant que toutes les conditions requises n’étaient pas garanties, notamment la sécurité.La commission électorale a proposé de fixer le scrutin au 24 octobre, mais cette date n’a pas encore été entérinée par le président François Bozizé, candidat à sa réélection.Le commandant Abdoulaye Hissène, chef militaire sur le terrain de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) a affirmé lundi matin que l’attaque était l’œuvre de son mouvement.AFP.