Partager

Selon des informations crédibles et concordantes, la Confédération suisse, à travers son Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE), a participé à l’organisation et au financement d’une réunion politique des rebelles touareg indépendantistes du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), les 25, 26 et 27 juillet à Ouagadougou.

Sous le couvert d’une clarification de ses revendications en vue d’un règlement politique de la crise que connaît le Mali, par sa faute, la Suisse a permis au MNLA d’adopter des «dispositions urgentes pour l’atteinte des objectifs du MNLA». En clair, le MNLA n’a pas renoncé à la partition du Mali.

Le Collectif des ressortissants du Nord du Mali (COREN) élève une vive protestation contre l’attitude de la Suisse, qui piétine sa légendaire neutralité pour apporter sa caution politique au MNLA, dont les visées indépendantistes sont réaffirmées à chaque occasion.

Le Collectif des ressortissants du Nord du Mali (COREN) rappelle à l’intention de la Suisse que le MNLA (et d’autres groupes armés) est actuellement poursuivi devant la justice nationale du Mali et la Cour Pénale Internationale, pour les exactions, crimes de guerre, vols, sévices sexuels commis par ses éléments ou de son fait.

Le Collectif des ressortissants du Nord du Mali (COREN) connaît l’intérêt général que la Confédération suisse porte à la crise du Nord Mali et n’ignore rien des relations particulières, pour ne pas dire intimes, existant entre certains responsables du DFAE et des leaders du MNLA.

Le Collectif des ressortissants du Nord Mali (COREN) condamne avec la dernière rigueur cette tentative de remettre en selle un mouvement armé qui a été défait sur le terrain et visiblement rejeté par les populations.

Le Collectif des ressortissants du Nord du Mali (COREN) réaffirme sa disponibilité au dialogue et à œuvrer pour un règlement politique de la crise. Toutefois, cela ne se fera ni dans la complaisance ni dans l’impunité.
Le Président du COREN

Malick Alhousseini

23 Août 2012