Partager

Au terme des assises du deuxième congrès ordinaire de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) tenues ce week-end, et qui a enregistré la participation des délégués de toutes ses sections de l’intérieur et de l’extérieur, le président sortant, M. Younoussi Touré, a été maintenu aux commandes du parti. Et cela, grâce (il faut le dire) au soutien, voire la “bénédiction“ du fondateur du parti, M. Soumaïla Cissé.

Mais il faut dire aussi que la partie n’a pas fini d’être jouée par ce parti qui aspire à se hisser au pouvoir, lors des élections législatives et présidentielle de 2012. Aussi, le parti tient avant tout à ratisser large, lors des prochaines communales de 2009.

Au regard des enjeux de ces différentes élections à venir, le défi sera sans le doute de taille pour l’URD, d’autant plus que les partisans du 2e vice-président, et non moins ministre URD de la Santé, commencent déjà à crier au complot, à la manigance du congrès, voire à la trahison. Bref, ils refusent de baisser les bras, et réclament à hue et à dia, et dans un bref delai, la tenue d’un congrès extraordinaire. C’est dire que le spectre d‘un tel congrès plane déjà sur l’URD.

Mais le 2e vice-président du parti, M. Oumar Ibrahim Touré, acceptera t-il de suivre ses supporters dans leur logique? Rien n’est moins sûr, d’autant plus qu’il n’a pas compris la façon dont les choses se sont précipitées, lors de ce congrès qui a vu “le ciel s’écrouler sur lui“. Car il semble que toutes ses ambitions sont du coup tombées à l’eau. Et comme dirait l’autre, “adieu, veaux, vaches…”.

Quand Soumaïla “livre” le 2e vice-président

Il semble donc que dès l’ouverture de ce congrès du parti de la “poignée de mains “, les dés ont été pipés contre le 2e vice-président. En tout cas, selon ses inconditionnels du parti. Et toujours selon eux, malgré un discours qui prône l’unité, les propos du fondateur du parti ont été par trop tranchants en faveur de la victoire du président sortant sur son adversaire.

“Je voudrais féliciter et encourager le président Younoussi Touré, le capitaine de cette équipe qui gagne depuis cinq ans. Qu’il en soit infiniment remercié . Je lui renouvelle mon entière confiance”, a en effet déclaré Soumaïla Cissé. Ce sont les petites phrases “assassines“ qui ont brisé tous les espoirs du 2e vice-président de l’URD, dans son ambition de briguer la présidence du parti contre Younoussi Touré.

Il semblait même que dans la salle du Centre International de Conférences, les délégués n’attendaient que cela. Ainsi fut scellé le sort d’un vice-président qui s’attendait à détrôner Younoussi Touré et se hisser à la présidence du parti. Aussi l’avait-il accusé de certaines carences : son “incompétence à gérer l’URD”, son “indisponibilité”, son “comportement amorphe”

c’est dire qu’avant même ce congrès, le camp acquis à la cause du ministre URD était prêt à aller dans leur “logique“ de le supporter. Et le jour du congrès, ils ne se sont guère offusqués pour le montrer.

“Oui, nous voulons Oumar!”, clamaient-ils à qui voulait ou non les entendre. Et dans leurs déclarations, ils accusent tous le président de la Commission de l’UEMOA, venu spécialement pour le congrès. Selon eux, il est celui qui a “grillé la carte“ du ministre. Ainsi, les partisans de Oumar I. Touré n’ont pas cessé d’approcher les délégués du congrès, en vue de tenter de les amener à la “raison“ : celle d’être acquis à la cause du 2e vice-président.

Mieux, ces partisans auraient même “rendu visite“ à tous les logements où lesdits délégués étaient hébergés. C’est pourquoi jusqu’au début des assises du congrès, aucun militant n’était rassuré, encore moins fixé, sur l’issue u congrès.

Dans les deux camps, du côté de Younoussi comme de celui du 2e vice-président, chacun était confiant en sa force. Aussi pensait-on que la bataille sera rude. Mais dès l’ouverture du congrès, ce que tout le monde attendait, c’est-à-dire le verdict final, s’abattit tel un couperet, avec les propos du président de la Commission de l’UEMOA.

“En déclarant sa confiance à Younoussi Touré , Soumaïla Cissé à influencé le choix des délégués”, s’indignèrent des militants qui étaient tous acquis à la cause du 2e vice-président. Quant à celui qui fut, comme qui dirait, sauvé de justesse (le président Younoussi), il a profité de la clôture du congrès pour expliquer les objectifs à atteindre.

“Les tâches immédiates du nouveau bureau seront la réoganisation du parti, l’amélioration de son administration interne et la consolidation de la stratégie d’alliance, avec les autres formations politiques“, a dit le président réélu du parti.

Le bureau issu de ce deuxième congrès ordinaire de l’URD comprend 67 membres, dont 64 élus par le congrès. Les présidents d’honneur sont Oumar Samba Diallo, Bandiougou Bidia Doucouré, Ousmane A. Touré et Adama Mariko.

Laya DIARRA

30 Avril 2008