Partager


Un groupe d’étudiants de la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion (FSEG),environ une quarantaine d’étudiants, mécontents de la non proclamation de leurs résultats le même jour que ceux de la Faculté de Droits, ont très tôt, le vendredi dernier, fait irruption dans les locaux du Rectorat, saccageant tout sur leur passage.

Des vitres teintées du rez-de-chaussée et du premier étage ont volé en éclats. Dans les bureaux, des tables cassées, des chaises endommagées, des documents éparpillés à même le sol. Tel est le triste bilan de cet acte de vandalisme.

Selon le secrétaire général du Rectorat, Mansa Makan Diabaté, le coût des dégâts s’élèverait à environ une dizaine de millions de nos francs. Il qualifie l’acte des étudiants d’une simple manifestation d’humeur. Avant d’ajouter qu’il n’a rien à voir avec la grève des Professeurs dont il souhaite de tout son vœu, un dénouement heureux.

Mansa Makan Diabaté dira que tout est parti de la proclamation des résultats des étudiants de la Faculté du droit, le jeudi dernier. Les étudiants en sciences économiques ne comprennent pas pourquoi dans la même faculté, on peut publier les résultats d’une partie en laissant l’autre ?

Sur ce point, le secrétaire général est formel. Les étudiants ne sont plus de la même faculté. La faculté des sciences juridiques et économiques a donné naissance à deux (2) facultés (la FSEG (Faculté des sciences économiques et de gestion) et la FSJP (Faculté des sciences juridiques et politiques). Pour lui, il est difficile de faire paraître les résultats des examens qui ne se sont pas déroulés en même temps. Soulignant que celui de la FSEG a eu lieu en octobre dernier et il a coïncidé avec la grève des professeurs.

Mansa Makan Diabaté rassure les étudiants concernés, de la publication des résultats dès la fin de la grève des enseignants du Supérieur. Enfin, il exprime sa surprise devant l’agression du Rectorat quand on sait que les étudiants de cette faculté posent moins de problèmes.

Situé sur la colline de Badalabougou, ce joyau architectural qui a coûté plus d’un (1) milliard de F CFA au budget national et qui attend toujours son inauguration vient de faire les frais de la colère des étudiants. A quand la fin de ces actes de vandalisme dans notre espace scolaire.

Yoro Sow

29 janvier 2007.