Partager

En marge des journées culturelles et pédagogiques Massa Makan Diabaté, tenues du 16 au 18 mai dans la capitale de l’arachide (Kita), nous avons déniché cette élève qui, déjà, fait parler son talent au sein de son établissement scolaire. Découverte.

jpg_Saran_Kouyate.jpgNée à la fin des années 1990 à Djidjan (cercle de Kita), région de Kayes, Saran Kouyaté est élève en classe de 12émé SB au lycée public de Kita. Elle est issue d’une famille de griots. Fille de Souleymane Fodé, un Enseignant à la retraite et de Fanta Diabaté, ménagère et cousine de feu Fodé Kouyaté, Saran est une griotte dans le sang, si l’on ose dire. Ses parents n’ont jamais exercé le métier de griot mais, cette jeune artiste en herbe à la voix envoûtante veut suivre les traces de certaines cantatrices de Kita ‘’Koulou et Boudofo ‘’, telles que Kandia Kouyaté, Bako Dagnon, Safi Diabaté, etc.

Comment est-elle venue dans la musique?

L’arrivée de la jeune Saran Kouyaté dans la musique a été une grande surprise selon son père que nous avons rencontré chez lui. Celui-là même qui s’était opposé à ce que sa fille embrasse la musique avant de comprendre par la suite que le destin était fatal. A en croire Saran, à part elle et son frère cadet du nom de Cheick Oumar Kouyaté, personne d’autre dans leur famille n’a chanté encore moins fait du ‘’djéliya’’ son métier. Faut-il rappeler que cette cantatrice en herbe, après avoir échoué au bac, avait décidé d’abandonner les bancs de l’école au profit de la musique. Chose qui n’a pas été acceptée par son père sur les conseils duquel elle a décidé de poursuivre les études et de s’inscrire au Conservatoire MultiMedia « Balafasséké Kouyaté », une fois qu’elle aura le bac en poche.

Par ailleurs, Saran Kouyaté nous dit avoir commencé à chanter dès le bas âge (5 ans), à l’étonnement de ses parents. «Lors des festivités de l’indépendance de notre pays, les fêtes de Tabaski et autres cérémonies festives, le Sous-préfet de Djidjan d’alors, Anton Belle Djiguiba, actuellement en service à Bougouni, me faisait chanter», nous fera savoir l’élève griotte.
Lors de la 10e édition des journées culturelles et pédagogiques Massa Makan Diabaté, Saran, de part sa vivacité et sa maîtrise de la scène, a fait vibrer les cœurs, mêmes des plus rebelles aux notes de la musique. La jeune élève a tout un talent caché pour réussir dans la musique. Il est important de savoir que Saran dédie ses chansons à l’entente dans les familles et surtout pour la paix dans notre pays.

Soulignons que la jeune artiste évolue en solo et n’a pas mis encore d’opus sur le marché. Au terme de l’entretien, Saran Kouyaté nous dira qu’elle se confie à tous les griots et griottes du Mali, et particulièrement à ceux de Kita pour le métier qu’elle entend commencer dans les mois et ans à venir.

Seydou Oumar N’DIAYE

Le Prétoire du 30 Mai 2013