Partager


Désormais, c’est le député de Sikasso, M. Housseny Guindo alias “Poulo” qui est porté à la tête de la Convergence pour le Développement du Mali (CODEM), un tout nouveau parti dont le bureau est composé de 89 membres dont 12 femmes.

Il s’agit dont la déclaration de création de la formation politique a eu lieu le samedi 24 mai 2008 au Centre international des conférences de Bamako. C’était en présence de plusieurs personnalités de marque, dont les représentants de partis amis.

La nouvelle formation politique CODEM que dirige Poulo compte des adhérents de poids, dont quatre Indépendants, l’actuel Maire de Sikasso et le président des ressortissants de Tombouctou à Bamako.

Ainsi les postes du premier et deuxième vices-présidents sont revenus à M. Mamadou Diakité de Bamako et El Hadj Oumar Tall de Koutiala. M. Alassane Abba de Goundam occupe le poste de Secrétaire Général du parti.

Celui du secrétariat à la communication et porte-parole du Bureau national est revenu à M. Boubacar Sacko et celui des relations avec les élus est occupé par “l’homme au chapelet”, le Maire de Sikasso, M. Mama Sylla.

La tenue de cette assemblée consécutive, dont le premier congrès est prévu dans six mois (avec des partis politiques invitées, tels que le MIRIA, le MPR, l’ADEMA et l’UDD), a fait salle comble. Car cette assemblée a su mobiliser des militants et syimpathisants de toutes les localités du Mali, de Kayes à Kidal.

Il faut reconnaître que le bureau dirigé par M. Housseyni Guindo est l’émanation “d’un choix libre et judicieux des délégués de cette assemblée”. Aussi, en sa qualité du président de la CODEM, Poulo a engagé le bureau à conduire, avec toute la disponibilité requise, les missions qui lui sont confiées, notamment, l’implantation du parti sur toute l’étendue du territoire et dans un bref délai.

M. Guindo a profité de l’occasion pour adresser ses remerciements aux délégués pour la confiance placée en sa personne en vue de présider aux destinés du parti de la Convergence pour le Développement du Mali (CODEM) dont la devise est “Comptons d’abord sur nos propres forces”.

A en croire M. Guindo, la création du parti de la CODEM est à la lumière des analyses faites par rapport à certains problèmes que connait le pays depuis un certain temps : la crise scolaire, le chômage et l’exode massif des jeunes, la corruption, les questions sécuritaires,

soit par appréhension politique ou hésitation intellectuelle, soit par manque de courage à faire face aux efforts nécessaires qui s’imposent.

C’est pourquoi des représentants de la société civile, des ONG, des initiatives personnelles, des indépendants et des militants de partis politiques ont décidé de porter le parti CODEM sur les fonds baptismaux”, expliquera-t-il.

A en croire M. Guindo, la CODEM ambitionne de jeter un regard sur les fondements de la société malienne, en mettant le développement au centre de sa politique et en comptant d’abord sur ses propres forces pour atteindre le bien-être social. La CODEM ambitionne aussi de réfléchir de manière plus approfondie sur la pratique politique au Mali, non en terme de rupture, mais d’ouverture.

A cours de son intervention, le président de la CODEM a souligné que son aprti prône le leadership de la jeunesse malienne et les invite tous à se tourner résolument vers la prise en main de leur destin. La CODEM s’inscrit résolument dans l’accompagnement du programme de développement (PDES) des plus hautes autorités de la République face aux défis majeurs de l’heure : vie chère, crise scolaire, crise d’identité et sécuritaire.

Toutefois,chaque fois que c’est nécessaire, la CODEM serait prompte à apporter sa contribution, afin de mieux orienter et consolider les grands chantiers de développement. Et tout en comptant d’abord sur nos propres forces, la CODEM partage toute politique qui a pour épicentre le développement rural, pour affirmer notre souveraineté alimentaire”, a-t-il ajouté

M. Housseyni Guindo a par ailleurs informé que son parti est une organisation politique à vocation africaine, qui vise la construction d’un Etat malien républicain, démocratique et ouvert à une économie de marché à visage humain. Selon lui, la CODEM veut tisser un partenariat fécond et sincère avec toutes les formations politiques du Mali, voir celle de l’Afrique, pour la réalisation d’une Afrique forte.

Et pour cela, la CODEM sera un parti d’écoute, un parti qui va susciter le débat autour des questions de l’heure pour instaurer un climat de stabilité et de confiance, dira-t-il.

M. Guindo a lancé un appel à la jeunesse malienne des villes et des campagnes, pour se tenir debout afin qu’ensemble, ils amorçent le tournant générationnel pour la prise en main de leur destin et pour le devenir du Mali et de l’Afrique. Il a également appellé tous les cadres du pays a assurer la formation du parti, pas seulement pour les militants, mais pour permettre au parti d’éclairer la gouvernance du pays.

Avec toute mon équipe, dans un élan populaire et solidaire, nous voulons accompagner les autorités, pas en terme de repositionnement pour 2012, mais aider, sinon appuyer les autorités à gérer le quotidien du Mali”, a-t-il conclu.

Après la déclaration de création du parti, présentée par le deuxième Secrétaire Général du parti, M. Ibrahim Sissoko, le secrétaire à la communication, M. Boubacar Sacko, a présenté le logo du parti CODEM. Selon lui, le CODEM a, pour sigle, une quenouille garnie de fil de coton symbolisant l’union et le progrès.

A l’en croire, ces trois éléments composant le logo du CODEM symbolisent les valeurs à partager avec les populations maliennes. Le cercle matérialise la convergence d’acteurs de l’environnement économique et socio-politique, et aussi la synergie des forces laborieuses pour bâtir un Mali émergeant qui compte dans le concert des nations fortes.

La couleur bleue caractérise l’eau, source de toute vie et de tout développement et la quenouille est une matière du fil de coton. Ces trois composantes expriment la force du secteur primaire dans l’économie malienne, le rôle et le pouvoir de la femme dans l’édification nationale.


Mariétou KONATE

26 Mai 2008