Partager

Le 4 juin 2013, une quarantaine de partis politiques et de candidats ont signé un document de code de bonne conduite qu’ils s’engagent à respecter lors des diverses consultations électorales.

Mardi dernier, une quarantaine de partis politiques et de candidats à la présidentielle étaient réunis dans un hôtel de la place pour la signature d’« Code de bonne conduite aux différents scrutins » Élaboré par le National democratic institute (NDI), le Centre malien pour le dialogue interpartis et la démocratie (Cmdid), en partenariat avec l’Usaid, ce document vise à garantir l’esprit de tolérance chez tous les acteurs politiques. Excepté le RPM, toutes les grandes formations politiques ont signé ce Code qui s’articule autour de 37 articles. Les partis signataires sont, entre autres, l’Adema, l’URD, la Codem, le Cnid, le Parena, l’UDD, le Pdes, Yelema, le Pacp, le Fare. L’absence des partis Sadi et Cnas Faso Hèrè à cette signature a été très remarquée.

Pendant la période électorale, les partis signataires s’engagent à la mobilisation des électeurs pour un taux de participation élevé et à ne pas manipuler les listes électorales. Ce document engage les formations politiques et candidats à ne pas subtiliser des cartes d’électeur à des fins frauduleuses.

En ce qui concerne la période de campagne, le code de bonne conduite exige des signataires de faire la campagne électorale sur la base des projets de société et des programmes politiques dans le strict respect des dispositions législatives et réglementaires. Le présent code proscrit toute attaque personnelle ou diffamatoire, bannit toute forme de campagne à caractère régionaliste, raciste ou religieux. Il interdit aux candidats et militants d’utiliser les moyens de l’Etat à des fins politiques.

Quand au moment du scrutin, la quarantaine de partis politiques signataires ont promis de ne pas corrompre les agents électoraux et les délégués des partis concurrents, d’interdire à leurs militants et sympathisants toute action susceptible de provoquer des troubles et violences.

Après le jour du scrutin, les signataires s’engagent à régler pacifiquement tout différend qui surviendrait au cours du processus électoral, à ne pas interférer dans le processus officiel de proclamation et de gestion du contentieux électoral. Ils se disent prêts à se soumettre aux décisions de justice par rapport aux résultats électoraux.

Avant sa signature, le Directeur de NDI Mali a rappelé que le Code n’a pas valeur de loi mais d’un engagement moral que les signataires doivent respecter.
Cette rencontre a été suivie par une conférence de presse le mercredi 5 juin. L’objectif visé était d’édifier davantage les hommes de média sur le contenue du code de bonne conduite afin qu’ils relayent l’information au public.

Oumar KONATE

10 Juin 2013