Partager

Le Président du CNID, Me Mountaga Tall et le Secrétaire général du même parti, N’Diaye Bah, se sont réconciliés dans la soirée d’hier lundi 18 février. L’événement, car c’en est un, s’est produit au siège du parti à Bozola. En présence des membres du Comité directeur et des sages du parti.

Cette rencontre salutaire est à mettre à l’actif de la section CNID de Kayes -dont N’Diaye Bah est le personnage le plus influent- qui a envoyé à Bamako une forte délégation pour trouver un terrain d’entente entre les deux plus hauts dirigeants du parti, brouillés à la suite d’une ‘’plainte de la section de la commune VI du district de Bamako contre certains militants et responsables accusés de violation des textes du parti et le comportement du Secrétaire général et de la Présidente des femmes au cours des débats instaurés sur ces sujets ».

N’Diaye Bah et Mme Tall Haoua Touré avaient donc été suspendus par le Comité directeur par 35 voix pour, zéro contre et 3 abstentions. Cette mesure étant assortie de deux précisions. Une : ‘’la détermination du Comité directeur à faire prévaloir la discipline et les intétêts du parti sans jamais exclure un militant ou responsable ». Deux : ‘’la disponibilité du même Comité directeur à revoir les sanctions préconisées si les fautifs font amende honorable ».

La réaction du Secrétaire général et de la Présidente des femmes, qui avaient jugé cette ‘’mesure prise en violation flagrante des dispositions statutaires du CNID et des principes généraux du droit applicables aux textes du parti en matière disciplinaire » avait été de suspendre, à leur tour, le Président du CNID et la 1ère Vice-présidente, Mme Sissoko Fanta Mantchini Diarra.

La raison a fini par prévaloir et, à la suite de nombreuses intermédiations, dont la plus décisive semble avoir été celle de la section CNID de Kayes -ville dont N’Diaye Bah est orignaire- les deux parties ont fini par se retrouver autour de la table du Comité directeur au siège du parti.

Selon les témoignages qui nous ont été rapportés, peu avant le bouclage de ce numéro, N’Diaye Bah a fait ‘’amende honorable » comme il lui était demandé, au nom de son groupe (la Présidente des femmes était absente) et tout est rentré dans l’ordre, assure t-on, au nom de l’intérêt supérieur du parti. Tout est donc bien qui finit bien. Nous y reviendrons dans notre prochaine parution.

Chahana TAKIOU

19 Février 2008.