Partager

Le Mouvement des Jeunes du Congrès National d’Initiative Démocratique-Faso Yiriwa Ton (CNID-FYT) a organisé le samedi 5 avril 2008 au siège du parti à Niaréla une journée de restitution et d’échanges. Cette initiative porte la marque du député Moussa Oumar Diawara, président de la Commission Jeunesse, Emploi et Sport de l’Assemblée Nationale.

Ont pris part à cette journée dite de restitution et d’échanges: les représentants de la jeunesse du MPR, du PSP, du Mouvement Citoyen, de l’US-RDA, entre autres. Avec sept députés obtenus lors des élections législatives de juillet 2007, le groupe parlementaire CNID est l’un des huit groupes parlementaires de l’Assemblée Nationale du Mali.

A 33 ans, Moussa Oumar Diawara est le plus jeune député du parlement malien de la législature 2007-2012. Est-ce à cause de son jeune âge que les députés lui ont confié la présidence de la commission Jeunesse, Emploi et Sport de l’Hémicycle?

DE LA SESSION INAUGURALE

La quatrième législature fut inaugurée par une session extraordinaire. En prélude à la session ordinaire d’octobre 2007, le président de la République, sur proposition du Premier ministre a convoqué l’Assemblée Nationale en session extraordinaire en septembre dernier.

Cette session extraordinaire inaugurale fut marquée par l’élection du président de l’instution, la mise en place d’une commission ad hoc chargée de la relecture du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale, puis l’élection des autres membres du bureau ainsi que des commissions de travail.

Il faut rappeler que le président du CNID, Me Mountaga Tall, député élu dans la circonscription électorale de Ségou était candidat à l’élection du président de l’Assemblée Nationale. Il était opposé à Dioncounda Traoré qui a eu beaucoup plus de chance que lui.

Même s’il n’a pas obtenu la présidence de l’Hémicycle, le parti du Soleil Levant, emblème du CNID, s’est consolé en obtenant la 7ème vice-présidence et la présidence de la commission Jeunesse, Emploi et Sport.

ENTRE DEUX SESSIONS EXTRAORDINAIRES

Après ce travail préliminaire, les députés n’ont pas eu un temps de répit. Ils ont directement enclenché les travaux de la session ordinaire d’octobre 2007 par l’examen et l’adoption de la loi de Finances au titre de l’année 2008 et d’autres projets de loi. Traditionnellement, la session d’octobre est appelée session budgétaire.

La session ordinaire d’octobre 2007 a permis l’examen et l’adoption de plusieurs projets de loi. D’autres tels que l’abolition de la peine de mort ou encore la révision du code de la famille furent renvoyés.

LA DEUXIEME SESSION EXTRAORDINAIRE

Les 147 députés de l’Assemblée Nationale ont terminé l’année 2007, comme ils l’avaient commencé, c’est-à-dire par une session extraordinaire. Ce fut la deuxième session extraordinaire en l’espace de quatre mois. Onze projets de loi étaient à l’ordre du jour de cette session extraordinaire dont 10 ont été adoptés et un renvoyé.

Le projet de loi qui a été renvoyé porte sur la BHM. Il vise à accorder des privilèges à cette banque aujourd’hui en difficulté. Le député Moussa Oumar Diawara du CNID nous apprend que par le passé, la BDM-SA a, à son tour, bénéficié des mêmes privilèges et dans les mêmes conditions. La session extraordinaire fut également marquée par l’interpellation du gouvernement pour violence policière à l’encontre d’un député.

Avant de prendre congé du parlement pour trois mois, les députés ont adopté la Déclaration de Politique Générale du gouvernement présentée par le Premier ministre en mi-décembrfe 2007.

Pour un coup d’essai, le député Moussa Oumar Diawara a bien relevé le défi. La relève se prépare au CNID.

Daba Balla KEITA

07 avril 2008.