Partager

La section syndicale de la filière coton de la compagnie Malienne de Développement Textile (CMDT) et la Coalition des Alternatives Dette et Développement (CAD) – Mali ont déposé à l’Assemblée Nationale du Mali le vendredi 25 juillet 2008, une pétition contre la privatisation de la CMDT.

Au moment où le démantèlement de la CMDT anime les débats à la Maison du peuple à Bagadadji (Assemblée Nationale), la section syndicale de la filière coton de la CMDT et la CAD Mali viennent de transmettre une pétition aux honorables députés pour leur prouver davantage, avant qu’ils ne votent la loi sur la privatisation de la compagnie, le mécontentement, la désapprobation des producteurs de coton, des travailleurs de la CMDT, et d’autres personnes contre la liquidation de l’entreprise.

Cette pétition a été déposée au service courrier de l’Assemblée Nationale et au niveau du secrétariat de la Commission des Finances. A ces niveaux, les secrétaires ont promis à la délégation de la section syndicale filière coton, M. Zakariyaou Diawara, de transmettre la déclaration, les chronos, les banderoles au président de l’Assemblée Nationale, Dioncounda Traoré et à celui de la Commission des finances.

Au total, 265 000 personnes (composées des cotonculteurs travailleurs et autres personnes) ont apposé leur signature contre la privatisation de la CMDT : 250 000 signatures ont été enregistrées par la section syndicale de la filière coton et 15 000 collectées par la CAD Mali. Ces signatures ont été faites dans l’ensemble des villes, villages de la zone CMDT et même en dehors : Fana, Ségou, Koutiala, Sikasso, Niono, Kita, les coins les plus reculés de ces différentes zones etc…

Dans sa déclaration de transmission de la pétition à l’Assemblée Nationale, M. Zakariyaou Diawara a rappelé avec inquiétude les conséquences du démantèlement de la CMDT. “Nous voudrions rappeler que la CMDT est un projet de développement économique et social qui concerne toutes les branches d’activités de notre économie. Les conséquences de son démantèlement et la privatisation n’épargneront donc aucune couche socioprofessionnelle du Mali”, a-t-il déclaré.

M. Zakariyaou a aussi attiré l’attention sur l’opposition farouche des travailleurs, des producteurs, des transporteurs, des populations à la privatisation de la compagnie. “Nous voudrions également souligner le fait que la grande diversité des signataires de cette pétition confirme, s’il en est besoin, que ni les travailleurs, ni les producteurs, ni les populations ne sont d’accord avec ce processus de démantèlement qui n’a jamais réussi nulle part et engendrerait de fâcheuses conséquences pour notre pays”, a-t-il expliqué.

C’est pourquoi, il invite les députés à préserver ou sauvegarder l’intérêt national pour ne pas adopter la loi. “De tout ce qui précède, nous souhaiterions que vous preniez des décisions dans le sens de la sauvegarde de l’intérêt majeur de toute la nation malienne, votre sacerdoce”, a conclu le secrétaire général de la section syndicale de la filière coton de la CMDT.

Hadama B. Fofana

01 Aout 2008