Partager

A la clôture de la 8ème édition de la semaine de l’Intégration Africaine, le ministère des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, en collaboration avec les mairies des six communes du District et la Fédération des Communautés Africaines au Mali a organisé une manifestation folklorique.

C’était le lundi dernier dans l’après midi sur le Boulevard de l’Indépendance en présence des maires, des coordinateurs des chefs de quartiers des communes du district, du président de la Fédération des Communautés Africaines et d’une forte présence des communautés africaines résidant au Mali.

Ainsi, cours de la manifestation , les troupes Congolaise, Sénégalaise et du District de Bamako ont tenu en l’haleine le public pendant plusieurs heures. Dans son intervention, le coordinateur des chefs de quartiers de la commune II a salué l’organisation de la semaine de l’intégration.

Le ministre Badra Alou Macalou

Quant au ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, il a rappelé qu’en décidant d’institutionnaliser la semaine de l’intégration africaine, le gouvernement de la République du Mali entendait mettre en place un cadre de diffusion et de popularisation des idéaux de l’intégration africaine.

Ainsi, il a souligné que cette année, le thème principal de la semaine est <<la libre circulation des personnes, le droit de résidence et d’établissement dans l’espace communautaire de la CEDEAO>>. Pour lui, cette semaine est une meilleure expression de la concorde et de l’harmonie qui caractérisent les relations entre les différentes communautés africaines et leurs hôtes du Mali.

Il a par ailleurs rappelé que le protocole de la CEDEAO relatif à la libre circulation des personnes, le droit de Résidence et d’Etablissement est officiellement entré en vigueur depuis 1992, mais que les ressortissants d’un pays de la CEDEAO rencontrent toujours des tracasseries et des difficultés dans un autre pays de la CEDEAO où ils sont sensés résider et s’établir comme chez eux.

Pour lui, pour faire face aux défis de la mondialisation, nos micro Etats n’ont d’autres choix que l’intégration. Selon M. le ministre, le gouvernement du Mali, fidèle à son engagement en faveur de l’unité du continent, poursuivra inlassablement son combat en vue de l’accélération du processus d’intégration de notre sous-région.

Il a ajouté que les initiatives du Mali au sein de la CEDEAO en vue de faire du <> une autre stragégie d’accélération du processus d’intégration, relève de ce combat.

A cet effet, il s’est rejoui de constater que la commission de la CEDEAO a décidé de mettre en oeuvre ce concept et que les actions ont déjà commencé entre le Mali, le Burkina Faso et la Côté d’Ivoire, la zone skabo d’une part et entre le Mali et la Mauritanie avec l’aménagement du Karakoro d’autre part.

L’intercommunalité transfrontalière

En plus, l’intercommunalité transfrontalière qui est en train de prendre corps sous l’impulsion de l’association des municipalités constitue pour le ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, une excellente opportunité pour promouvoir l’intégration de proximité.

Par ailleurs, dans le souci de toucher le maximum de populations cibles possibles, il a proposé pour les années à venir, une décentralisation de cette activité au niveau des différentes communes du district.

Pour terminer, il a remercié tous ceux qui ont contribué au bon déroulement de la semaine de l’intégration. Avant d’adresser une mention spéciale aux communautés africaines résidant au Mali et qui contribuent chaque année au succès de la Semaine de l’Intégration Africaine et à faire avancer le processus d’intégration de la sous-région.

Il a surtout assuré que les communautés africaines résidant au Mali seront toujours traitées comme les populations maliennes, puisqu’elles sont chez elles.
Rappelons que la Semaine de l’Intégration Africaine a été marquée par plusieurs activités: des conférences débats sur l’intégration, des manifestations sportives et culturelles.


Dado CAMARA

04 Juin 2008