Partager

La biennale édition 2005 de Ségou a fermé ses portes
dans une apothéose totale où plus de 900 acteurs
avaient pris part.

Elle a été considérée comme la plus
grande manifestation culturelle et artistique de notre
pays avec la rencontre des troupes des 8 régions du
pays plus celle du District de Bamako.

Compte tenu du
coût financier qu’elle engendre puis le temps
d’organisation commençant d’abord par la phase locale,
puis régionale, les autorités ont décidé de
l’organiser tous les deux ans.

Pour cette édition, des diplômes de reconnaissance
ont été rémis aux anciens animateurs de la biennale
soit un par troupe. Des récompenses ont été remises
aux meilleures acteurs dans les différentes
disciplines.

Le jury présidé par Diadié Yacouba Dagnoko a aussi
présenté le classement par discipline. Ce qui se
présente comme suit:

Choeur: 3ème Sikasso
2ème Bamako
1er Tombouctou

Solo: 3e Tombouctou
2e Ségou
1er Bamako

Danse traditionnelle : 3e Bamako
2e Kayes
1er Ségou

Exposition d’objets d’art : 3e Tombouctou
2e Mopti
1er Gao

Ensemble Instrumental : 3e Mopti
2e Sikasso
1er Kayes

Ballet : 3e Ségou
2e Kayes
1er Bamako

Orchestre moderne : 3e Bamako
2e Kayes
1er Mopti

Théâtre : 3e Kayes
2e Bamako
1er Ségou

Rappelons que c’est un artiste de Ségou qui a été
désigné meilleur acteur du tournoi. Dans sa pièce de
théâtre, la troupe de Ségou a évoqué les maux qui
ruinent notre société à savoir : la corruption, la
délinquance financière, le vol, le népotisme, le
laxisme, le favoritisme, le chômage des jeunes…

Le Président de la République, dans son discous de
clôture, a assuré les jeunes qu’il a pris bonne note
de leurs angoisses et de leurs préoccupations. Il a
rappelé la pensée d’un grand homme d’Etat qui dit en
substance : “au lieu de dire ce que mon pays fait pour
moi, je dois ne demander aussi ce que j’ai fait pour
mon pays”. Comme pour dire aux jeunes qu’ils ont eux
aussi un devoir envers leur Etat.

Par ailleurs, le chef de l’Etat dit de ne pas
s’asseoir autour du thé pour attendre le travail, ils
doivent être courageux, se lever pour aller aussi à la
conquête du travail. Par ailleurs, le Président Amadou
Toumani Touré a parlé aussi des grands chantiers qui
sont en cours.

Notamment, il s’agit de l’aménagement
des plaines agricoles, de la construction de barrages,
de ponts et de routes. Il a promis que dans quelques
années le Mali sera un pays désenclavé, ce qui lui
permettra d’accéder à la mer à travers le Sénégal, la
Guinée Conakry, la Mauritanie.

Par rapport au changement tant prôné, il a affirmé
que c’est une question de temps. “Le changement se
fera avec tous”. Enfin, il a ajouté qu’en trois ans,
on ne peut pas tout faire, mais qu’avant la fin de son
mandat, il parviendra à réaliser ses ambitions pour
notre pays.

Comme on le voit, le chef de l’Etat a profité de
cette tribune pour rénouveler ses ambitions envers
notre pays d’une part et d’autre part procéder à la
présentation d’un bilan a mi-parcours de son mandat.

Mamadi TOUKARA

13 septembre 2005.