Partager

C’est avec le coeur rempli de colère contre l’attaque de Nampala (survenu le 20 Décembre dernier) que le mardi 30 Décembre 2008, le Président de la République, Amadou Toumani Touré, a procédé à la clôture de la biennale artistique et culturelle, au Stade Abdoulaye Makoro Sissoko de Kayes.

Aussi, après que le jury composé de 9 membres ait proclamé les résultats, ATT en a-t-il profité pour, d’une part, faire une mise en garde contre les auteurs de cette attaque, et d’autre part, répondre à ses détracteurs.

En plus du Président de la République, cette cérémonie de clôture a regroupé les membres du gouvernement -entre autres, les ministres de la Culture, M. Mohamed El Moctar, de la Jeunesse et des Sports, M. Hamane Niang, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, M. Ibrahima N’Diaye- et les autorités de Kayes, notamment le Gouverneur, le président de l’Assemblée régionale… On notait également la présence des troupes des huit régions et du District de Bamako.


Classement de la Biennale, édition 2008

Le jury composé de neuf membres a proclamé ses résultats après dix jours de prestation des troupes dans les disciplines suivantes : Pièce de théâtre, Orchestre moderne, Ballet à thème, Ensemble instrumental traditionnel, Exposition, Danse traditionnelle, Chœur et Solo de chant.

Dans la Pièce de théâtre notée sur 35 points, la région de Kidal s’est classée première avec 28 points et a obtenu un prix de 1 million de FCFA. Sikasso occupe la deuxième place avec 25 points et ravit un prix de 750 000 FCFA. Gao est troisième avec 22 points et gagne un prix de 500 000 FCFA.

Dans l’Orchestre moderne noté sur 30 points, la région de Mopti s’est classée première avec 26 points et reçoit une enveloppe de 1 million de FCFA. Tombouctou est deuxième avec 23 points, et gagne une enveloppe de 750 000 FCFA. Et la région de Kayes est troisième avec 21 points et reçoit une enveloppe de 500 000 FCFA.

Dans le Ballet à thème noté sur 25 points, la première place est revenue à Kayes avec 17 points et un obtient un prix de 750 000 FCFA. Le District de Bamako se classera deuxième avec 16 points et recevra un prix de 500 000 FCFA. La troisième place est revenue à la région de Mopti qui reçoit un prix de 350 OOO F CFA.

Dans l’Ensemble instrumental traditionnel noté sur 25 points, la région de Ségou a occupé la première place avec 20 points et obtient une récompense de 750 000 FCFA. La deuxième place est revenue à Mopti avec 18 points et une enveloppe financière de 500 000 FCFA. Et la région de Sikasso se contente de la troisième place avec 17 points et une somme de 350 000 FCFA.

Dans l’Exposition notée sur 25 points, Tombouctou arrive en tête avec 22 points et reçoit un prix de 750 000 CFA. Kidal est deuxième avec 20 points et un prix de 500 000 FCFA. Et la région de Gao se classera troisième avec 19 points et un prix de 350 000 FCFA.

Dans la Danse traditionnelle notée sur 25 points, la région de Ségou avec 15 points, enlève le premier prix et une somme de 750 000 FCFA. La région de Sikasso occupe la deuxième place avec 14 points et un prix de 350 000 FCFA. Et la région de Tombouctou se classera troisième avec 13 points et un prix de 250 000 F CFA.

Dans le Choeur noté sur 20 points, la première place est revenue à la région de Gao avec 17 points, accompagnée d’une enveloppe de 500 000 FCFA. La deuxième place revient au District de Bamako avec 16 points et un prix de 300 000 FCFA. Et la troisième place est revenue à Ségou avec15 points et un prix de 200 000 FCFA.

Dans le Solo de chant noté sur 20 points, la région de Gao se hisse à la première place avec 17 points et un prix de 500 000 FCFA. Kayes est deuxième avec 15 points et un prix de 300 000 FCFA. Mopti : troisième avec 13 points et une enveloppe de 200 000 FCFA.

Au classement général, la région de Tombouctou s’est adjugée la première place avec 128 points. La région de Ségou est deuxième avec 127 points ; et la région de Gao est troisième avec 123 points. Des prix spéciaux ont été distribués aux participants.

Il s’agit, entre autres, du Prix d’encouragement composé d’une attestation et d’une somme de 100 000 FCFA décerné à Salama Walett de la troupe de Kidal ; des Prix de la Meilleure danseuse, du Meilleur danseur, de la Meilleure actrice, du Meilleur acteur, du Meilleur instrumentaliste orchestre moderne, et du Meilleur soliste, revenus respectivement à Mlle Kandé Diarra de Kayes, Lassine Koné de Bamako, Mimi Coulibaly de Sikasso, Issa Hamidou Cissé de Tombouctou, Safouré Coulibaly de Kayes, Sadou Cissé de Gao. Le prix de la Plus jeune artiste a été attribué à Sadio Diallo de Koulikoro.

Signalons également que le Jury s’est prononcé sur la réserve formulée par Sikasso contre le District de Bamako. Selon le jury, cette requête est sans objet, étant donné que dans aucune de leurs dispositions, les règlements généraux de la Biennale issus des concertations régionales avec toutes les régions n’interdisent le recours aux acteurs professionnels des troupes privées.

Enfin, le jury a formulé des recommandations à deux échelles. D’abord à l’attention du ministère de la Culture : doter la Biennale d’un budget qui intègre les activités de préparation, d’organisation et de promotion des oeuvres ; organiser des sessions de formation théoriques et pratiques d’un mois dans toutes les disciplines avant la prochaine Biennale ; relire les règlements généraux de la Biennale.

A l’attention des régions : susciter une meilleure synergie entre les ressources humaines pour une préparation et une participation de qualité de la région à la Biennale ; organiser des sessions de formation pour renforcer les compétences locales ; faire une revue générale des contenus des numéros des compétitions afin de supprimer les éléments inappropriés et dégradants avant la représentation en public.

ATT sort de sa réserve

Concernant la crise au Nord Mali, le Président de la République, Amadou Toumani Touré, fera savoir que certains se posent ces questions : qu’est-ce que le Président fait ? Qu’est ce que le Gouvernement est en train de faire ? Et ATT, de répondre : “Lorsqu’on doit gérer Kidal, je ne voudrais pas créer de confusion.

Lorsqu’on doit traquer les criminels, je pense à Kidal, je pense à l’unité nationale, je pense à la cohésion. Mon rôle n’est pas facile. J’ai supporté certaines tracasseries de certains individus ; j’ai accepté des critiques parfois acerbes et même méchantes“.


Et de poursuivre :
Certains ne me comprennent pas, peut-être ne me comprendront jamais. Mais moi, je ferai tout pour respecter mon serment : l’unité, l’intégrité et la cohésion de notre peuple…Mes chers compatriotes, s’il reste un soldat qui doit prendre son arme pour aller se battre, si c’est moi, soyez sûr que je partirai“.

A propos de l’attaque :L’attaque de Nampala n’avait aucun objectif militaire important. Elle est essentiellement d’ordre stratégique des narcotrafiquants regroupés en réseaux de commerce de drogue… Ces gens-là veulent m’amener à commettre des bêtises, mais moi, je n’attaquerais pas Aguelhoc, Abeïbara,… je m’attaquerais plutôt à ces bandits armés“.


Et de conclure :
“Lorsqu’on est irresponsable, on ne pose que des actes irresponsables. Le problème de Kidal n’est pas une question de Noirs et de Blancs, les deux tiers de notre armée sont commandés par des officiers touaregs. L’attaque de Nampala ne restera pas impuni. “Ni kéléni, anta to ila”.

Le Président de la République a enfin indiqué que la prochaine Biennale artistique et culturelle édition 2010 et les festivités du Cinquantenaire de l’Indépendance du Mali seront organisées à Sikasso.

Moussa TOURE

05 Janvier 2009