Partager

Mercredi, au Centre international des conférences, la cérémonie de clôture de la première session ordinaire au titre de l’année 2006 du Haut conseil de Collectivités territoriales (HCCT) a eu lieu sous la présidence du ministre de la Fonction publique, de la Reforme de l’État et des Relations avec les institutions, Badi Ould Ganfoud, qui représentait le Premier ministre.
Natié Pléa ministre de la Jeunesse et des Sports, Mme Diakité Fatoumata N’Diaye Médiateur de la République, Oumarou Ag Mohamed Ibrahim président du HCCT, Ousmane Sy ancien ministre de l’Administration territoriale, ambassadeurs accrédités dans notre pays, ainsi que nombreux autres invités, étaient présents.

Textes soumis par le gouvernement pour « avis », ont été examinés par le Hcct.

Plusieurs membres de l’institution ont participé activement à des sessions de formations organisées par le ministère de l’Environnement et de l’Assainissement.

Lors d’une rencontre sur le thème « relations entre les élus locaux et la tutelle », la fondation Konrad Adenauer a particulièrement appréciée la contribution des conseillers nationaux.

Le président du Hcct, a principalement parlé de la pratique de la décentralisation, ainsi que de la situation au Nord qui a été largement débattue.

Intérêt manifesté par le gouvernement à l’égard de son institution, a été salué par le président du Hcct.
Comme preuve de cet intérêt, le président du Hcct, a cité l’adoption récente par le Conseil des ministres des projets de texte portant sur le statut des élus locaux.

Remerciements à l’endroit du gouvernement ont été émis par Oumarou Ag Mohamed Ibrahim, pour avoir accédé à la demande de levée de la mesure de suspension frappant le foncier, formulée par son institution.

Disponibilité et accompagnement constant du Premier ministre, ont été salués par le président du HCCT.

Par rapport à la situation dans le septentrion malien, le HCCT, par la voix de son président, tout en condamnant fermement les attaques des camps militaires de Kidal, s’est dit préoccupé de la détérioration du climat de paix dans cette zone.

Pour le Hcct, rien ne justifie ces attaques, dans l’État de droit qui prévaut dans notre pays aujourd’hui, un pays où le champ est libre pour l’expression plurielle et pour la gestion des affaires par les populations elles-mêmes.

Pour Mr Ag Mohamed Ibrahim, la paix est la garantie première de tout développement durable.
Le président du Hcct a donc, demandé aux auteurs de ces attaques de déposer les armes « de l’incompréhension et de la division« , pour les « troquer avec humilité contre les instruments de production de biens matériels« .

Différents messages du président Amadou Toumani Touré considérés comme autant de signes forts d’apaisement, professionnalisme dont font preuve les militaires chargés d’assurer la sécurité dans les localités concernées, pertinence des appels des associations de ressortissants du Nord, ont été salués par Oumarou Ag Mohamed Ibrahim.

Appel au civisme, à la responsabilité et à la solidarité de tous les fils du pays face à l’adversité, a été lancé par le président du Hcct.

Souhait a été émis par le président de la plus jeune des institutions de notre pays, que cette paix commande pour toujours et à jamais, l’ensemble de actes de nos compatriotes, une paix que les conseillers nationaux très attachés au dialogue et à la concertation, se sont donnés comme credo.

Le président du HCCT a appelé les médias nationaux et étrangers à la modération et à la retenue.

Tout en assurant que le HCCT est pleinement imprégné des difficultés liées à la configuration, à la nature, à la démographie, et aux facteurs économiques contraignants du pays profond, le président de l’institution, a invité les collectivités à surpasser leurs désavantages en orientant davantage leurs initiatives et leurs efforts vers une maximisation des profits de leurs potentialités économiques, culturelles et touristiques.

Et le président du Hcct, de conclure :  » Le Mali est un et indivisible  »

02 juin 2006.