Partager

Du 22 au 28 octobre, les populations seront édifiées sur l’importance du paiement des impôts. Le lancement officiellement de cette campagne de sensibilisation et d’information a eu lieu hier lundi à la direction générale des Impôts.

Pour susciter le civisme fiscal chez les populations, la direction générale des Impôts a lancé la compagne de sensibilisation et d’information des populations sur le civisme fiscal hier lundi. Il s’agit à travers cette campagne, d’informer les populations sur l’importance du paiement des impôts dans la construction et le fonctionnement de l’Etat. Cette campagne sera axée sur quatre thématiques à savoir : « les différents types des impôts » ; « l’impôt doit être déclaré et payé dans les délais prévus par la loi » ; « le recouvrement de l’impôt » et « la fraude fiscale porte préjudices à l’Etat, les contrôles et sanctions sont rigoureux ».

L’idée est de rappeler aux citoyens que le paiement de l’impôt est une obligation pour tout citoyen afin de contribuer au développement socio-économique du pays. « Tout citoyen doit œuvrer pour le bien commun. Il doit remplir toutes ses obligations civiques et notamment s’acquitter de ses contributions fiscales », a rappelé le directeur des Impôts du district, Oumar Bilal Maïga. Tout en rappelant que « les impôts permettent à l’Etat de financer ses nombreuses missions régaliennes et de mettre en œuvre ses projets et programmes de développement économique ».
Malgré cette importance que cela suscite, le taux de civisme fiscal au Mali reste en deçà des attentes à en croire les documents de la direction générale des impôts. « A ce jour, 75 à 80% des contribuables évoluent dans le secteur informel et contribuent en deçà de leurs potentialités ou ne participent pas du tout aux charges collectives. Ce qui suppose que seulement 20% des redevables contribuent plus que les autres », a regretté la direction.
Cette campagne de sensibilisation entend inverser la tendance actuelle.


Oumar bilal maiga sur le refus de payer de l’impot par les promoteurs d’ecoles prive
« Ce qui est sûr, nous ne pouvons pas rester dans cette situation »
Lors de la cérémonie de lancement de la campagne de sensibilisation et d’information des populations sur le civisme fiscal, le directeur des Impôts du district, Oumar Bilal Maïga, s’est prononcé sur le refus de paiement des impôts par les promoteurs d’écoles privées. « Ce qui est sûr, nous ne pouvons pas rester dans cette situation », a-t-il précisé.

« La situation des écoles privées aujourd’hui pose énormément de problèmes à notre niveau. Il y a certaines écoles qui ont de problème par rapport à la subvention de l’Etat qui est en retard, mais il y’a certaines écoles qui n’ont rien à voir avec la subvention. Nous pouvons comprendre que ces écoles qui sont dans cette situation puissent évoquer des difficultés par rapport au paiement de l’impôt. Mais aujourd’hui, toutes les écoles se sont mises dans cette logique de ne pas payer leurs impôts », a regretté M. Maïga

Cette situation ne peut pas rester ainsi, selon le directeur des impôts du district. « Nous sommes en train de voir avec les écoles pour faire la part des choses. Ce qui est sûr, nous ne pouvons pas rester dans cette situation, parce qu’aujourd’hui, il y’a une confusion terrible. Tout le monde se met derrière ce problème de subvention pour ne pas payer l’impôt. Il y’a certaines écoles que l’Etat n’envoie aucun élève, ce sont les parents d’élèves qui payent les frais scolaires. Est ce qu’on doit traiter ces écoles avec les mêmes rigueurs que celles qui ont de problèmes avec l’Etat », s’est-il interrogé.

A l’en croire, ce problème est inhérent à l’incivisme fiscal. « Les subventions que l’Etat paye à ces écoles-là, elles sortent d’où ? C’est le recouvrement des impôts et taxes. Le jour où on aura l’adhésion du maximum des citoyens pour payer leurs impôts, ce genre de problèmes se ne se posera pas », a souligné le directeur des impôts du district.

Youssouf Coulibaly
L’Indicateur du Renouveau du 23 Octobre 2018