Partager

Dix lycées de Bamako et de l’intérieur du pays compétiront sur des thèmes aussi variés que le banditisme à Bamako, les accidents de la circulation, le non-respect du code de la route, le phénomène de l’ensablement, la délinquance juvénile, la dégradation des patrimoines culturels ou encore la pollution industrielle, l’insalubrité, la drogue et l’alcool.

Il s’agira, pour les concurrents, à travers le thème choisi, d’éveiller la conscience des citoyens sur un problème communautaire, de dire depuis combien de temps ce problème existe et si des gens avaient déjà tenté de le résoudre.

Les concurrents devront aussi identifier les couches les plus touchées par les méfaits du problème et les obstacles à sa résolution. Dans l’exploration de solution au problème soulevé, les concurrents indiqueront à quel niveau de décision politique, administrative ou sociale le problème doit être traité.

Mardi, à l’espace Blonba, la compétition a opposé les élèves des lycées Dagaba Sangaré de N’Tomikorobougou et Mahamane Alassane Haïdara de Tombouctou. Leurs prestations ont été appréciées par la foule composée de lycéens, mais aussi des autorités administratives, policières et des parents d’élèves. Le lycée Dagaba Sangaré avait choisi le thème des accidents de la circulation à Bamako.

De leurs investigations, il ressort qu’au moins 40 accidents ont lieu chaque jour dans notre capitale. La plupart des victimes sont des jeunes. Comme solutions préconisées, ces lycéens proposent, outre le respect du code de la route, le réaménagement des voies avec des couloirs exclusivement destinés aux motocyclistes et aux piétons.

A en croire, le commissaire du 4e arrondissement, Moumouni Séry, des mesures sont à l’étude pour réaliser la proposition des élèves. Toutefois, a-t-il expliqué, les camions et autres gros-porteurs sont interdits de circulation à certains moments de la journée et sur certains axes routiers afin de prévenir des accidents de la circulation.

« J’en appelle à la jeunesse pour le respect strict du code de la route. C’est la seule façon de réduire le nombre des accidents de la circulation », a réitéré le commissaire Séry.

Le thème du lycée Mahamane Alassane Haïdara de Tombouctou sur le phénomène de l’ensablement a aussi attiré l’attention du public. Seules des actions citoyennes peuvent venir à bout de ce phénomène qui prend de l’ampleur et anéantit tous les efforts de développement. Les Tombouctiens ont interpellé leur maire sur le fléau et ont préconisé la plantation d’arbres et la fixation des dunes en guise de solutions.
Aux termes du concours, des prix seront décernés aux différents lauréats.

Denis Koné

01 Mars 07