Partager

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Pr Amadou Kéïta et son collègue des Mines, de l’énergie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré, ont visité jeudi dernier la Cité universitaire de Kabala dont les travaux de la 2è phase de construction ont atteint aujourd’hui 75%.

Sur place, les deux ministres ont successivement visité les installations des transformateurs de 1.250, les zones pédagogique et résidentielle, la station de traitement des eaux usées par lagunage et la station de pompage d’eau. 

La visite s’est achevée par un debriefing au rectorat de l’Université des lettres et des sciences humaines de Bamako (ULSHB). Prenant la parole au nom de tous les responsables de la Cité universitaire, le directeur général du Centre national des œuvres universitaires (Cenou), le colonel Ousmane Dembélé, a signalé certaines préoccupations, notamment l’insuffisance de lampadaires et l’approvisionnement régulier de la Cité en eau potable. Le colonel Dembélé a aussi souhaité que le site soit mis sur la ligne prioritaire de l’énergie du Mali (EDM).

«La visite nous a permis de découvrir les problèmes d’eau, d’électricité de la Cité universitaire de Kabala. Nous allons nous atteler pour les résoudre», a promis le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Quant au ministre des Mines, de l’énergie et de l’Eau, ila réitéré que les problèmes d’eau et d’électricité seront bientôt des mauvais souvenirs. 

La visite ministérielle était guidée par le chef du Cabinet d’ingénieurs (CADI), Amadou Sékou Nimaga et le chef de service logement et restauration du Cenou, Yaya Koté, en présence du recteur de l’ULSHB, Dr Idrissa Soïba Traoré, et du doyen de la Faculté de la science humaine et des sciences de l’éducation (FSHSE), Modibo Bah Koné. La Cité universitaire de Kabala est située à 28 km de Bamako. Bâtie sur une superficie de 103 hectares, elle comprend un Centre national des œuvres universitaires et des zones pédagogique (amphithéâtres) et résidentielle (logements des étudiants), avec une capacité d’accueil de 40 à 45.000 étudiants. 

Si la première phase des travaux de construction du nouveau complexe universitaire a pris fin en 2016, la 2è phase démarrée en juillet 2019, comprend des salles de classes, une bibliothèque, un centre de santé, un institut de technologie et industriel, des classes Conficius, un Centre national des recherches et des sciences techniques, un atelier d’impression. 

Sidi Y. WAGUÉ

Source: L’Essor