Partager

Ces derniers temps, on assiste à une recrudescence des accidents de la circulation routière dans nos grandes villes notamment à Bamako. L’arrivée des motos de nouvelle marque : (Yamaha, Dragon, Jakarta) a du coup considérablement augmenté le nombre de motocyclistes, chose qui n’est sans conséquence sur la fluidité de la circulation. Les analyses prouvent que les causes essentielles de ces drames de circulation sont inévitablement imputables au comportement humain. A savoir l’incivisme, l’ignorance ou le non respect du code de la route.

Statistiquement dans la période janvier-juillet de l’année écoulée on a enregistré au cours du premier mois 94 cas d’accidents dont 7 morts et 225 blessés. Pour le deuxième mois du même an, la protection civile s’est occupée de 98 cas qui ont coûté la vie à 5 personnes, 177 blessés. Au mois de Mars, 12 morts en plus de 137 autres blessés suite à 101 accidents. Le record des quatre autres mois a varié comme suite : avril 82 cas d’accidents mai 87 cas, juin 66 cas alors qu’en juillet on fait état de 76 cas pour 11 morts et 65 blessés.

Consciente du problème, les autorités ont adopté des mesures visant à réduire voire éviter ces multiples accidents. Ces mesures sont entre autres, la mobilisation, la sensibilisation à travers tout le pays des citoyens pour le respect strict du code de la route, des appels à la réglementation de la vitesse, la prudence ainsi que l’interdiction de l’usage du téléphone portable au volant.

Un cycliste victime d’imprudence

En fait le 2 février, il nous a été donné l’occasion de constater un cycliste renversé par un motocycliste (Jakarta) sur la voie principale faisant face au décanat de la FLASH. En effet, sur cet axe très fréquenté, un usager roulait aisément sur son vélo en partance pour derrière le fleuve.

Arrivé au niveau de la colline de Badalabougou, un jeune roulant sur une moto Jakarta dans la même direction vient balayer par derrière le cycliste. Le motocycliste, en voulant répondre à la salutation de l’une de ses connaissances, a été perturbé dans sa conduite. Résultat, l’arrière roue du vélo a été endommagée. Les agents de la protection civile se sont alors occupés de la victime pour les soins.

En plus des mesures prises par l’Etat, tout bon citoyen a le devoir de s’investir par tous les moyens possibles à éviter des désagréments sur nos routes. Parmi ces moyens, la conscientisation reste capitale.

Bacorokoba COULIBALY
Stagiaire

07 février 2007.