Partager

une-9.jpg Dans quelques mois, ce genre de scènes si fréquent aujourd’hui dans les rues de la capitale, ne devrait plus être qu’un mauvais souvenir pour les Bamakois. Un nouveau plan de circulation dénommé « Anneau Sotrama et couloir Bus sur le Boulevard du Peuple » est en préparation par le Projet sectoriel du transport phase II (PST2). Cet ambitieux projet qui s’étalera sur les quatre années à venir, a un budget de 52,5 milliards de Fcfa cofinancé par la Banque mondiale et le gouvernement.

Le plan a été présenté à la presse par le département de l’Équipement et des Transports, la semaine dernière dans la salle de conférence de l’agence DFA Communication. La conférence de presse était animée par le ministre de l’Équipement et des Transports, Hamed Diane Séméga, qui avait à ses côtés le directeur national des routes, Issa Assimi Diallo, celui des transports terrestres, maritimes et fluviaux, Djibril Tall, le coordinateur du projet PST2, Tiémoko Yéro Koné. On notait aussi la présence du gouverneur du district de Bamako, Ibrahima Féfé Koné, des responsables syndicaux et des groupements des chauffeurs et transporteurs.

Le PST2 est l’expression de la volonté politique des pouvoirs publics d’améliorer le secteur du transport. Il concrétise la convergence de vues entre le gouvernement et la Banque mondiale sur la politique de développement du secteur des transports dans notre pays. Le PST2 va contribuer à offrir des services de transports performants aux communautés rurales et urbaines, à travers l’amélioration des infrastructures clés.

Basé sur une approche multisectorielle, le PST2 implique les secteurs de l’agriculture, de la ville et du développement rural. Pour le ministre Séméga, le projet ambitionne de changer le visage de Bamako. « Ce projet nous tient à coeur eu égard à l’embouteillage et aux tracas dans la circulation« , expliquera Hamed Diane Séméga. Certains grands axes de la circulation dans le centre ville seront réaménagés de façon adéquate. La circulation des véhicules particuliers sera organisée de façon à en limiter les effets négatifs sur la vie des populations, a-t-il annoncé.
Le PST2, précise son coordinateur, Tiémoko Yéro Koné, comporte trois grandes composantes. D’un montant d’un peu plus de 2 milliards de Fcfa, la composante A va améliorer l’accès aux zones rurales pour promouvoir le développement rural et les activités de commerce agro-industriel.
La composante B est consacrée à l’amélioration d’une partie du système de transport urbain de Bamako pour soutenir les activités urbaines et la croissance régionale. Tandis que la composante C cible et concerne toutes les activités relatives au renforcement des capacités, au renforcement institutionnel, à l’exécution du projet et au suivi évaluation.

Dotée de plus de 6 milliards de Fcfa, la composante B va créer une voie exclusivement réservée aux bus sur le Boulevard du peuple sur une distance de 1,2 km. Les Sotrama se verront réserver les 3,8 km d’un anneau circulaire qui figure déjà sur de nombreux panneaux explicatifs implantés à travers la capitale. Des trottoirs et des passages seront aménagés pour permettre aux piétons et aux passagers des minibus d’accéder au centre ville. Deux passerelles seront construites pour la traversée des principales routes dédiées aux Sotrama.

Carte

Carte

Le coordinateur rassure. « Il n’y aura pas de démolitions. Seulement des aménagements. Au pire des cas, ce sont des édifices publics qui seront concernés. Dans tous les cas, les aménagements se feront sur des routes qui existent déjà. » Quant au directeur national des transports terrestres, maritimes et fluviaux, Djibril Tall, il a expliqué que « l’objectif recherché est l’amélioration de la circulation dans notre capitale. Nous nous donnerons le devoir de faire comprendre aux chauffeurs et transporteurs que le projet n’est nullement concocté pour nuire. »
Le département, dans sa politique d’étendre ses activités à d’autres secteurs, a entrepris d’élaborer un programme d’investissements complémentaires du projet pour la période 2008-2O12 qui concerneront les transports routier, ferroviaire, aérien et fluvial.

L. DIARRA

Essor du 06 mai 2008