Partager

La crise anglophone qui agite actuellement le Cameroun tire son origine de l’histoire politique mouvementée de ce pays d’Afrique centrale, ancienne colonie allemande divisée après la Première guerre mondiale entre Français et Britanniques Legs de 14-18 . Après la défaite de l’Allemagne en 1918, la Société des Nations (SDN, ancêtre de l’ONU) confie les quatre cinquièmes du Kamerun à la tutelle de la France, le reste – la partie occidentale bordant le Nigeria – à la Grande-Bretagne. Le 1er janvier 1960, le Cameroun devient indépendant. Un an plus tard, une partie du Cameroun sous tutelle britannique – le Nord majoritairement musulman – se prononce pour son rattachement au Nigeria. L’autre partie – Southern Cameroon – opte pour son rattachement au Cameroun francophone. Les deux entités forment une République fédérale à partir du 1er octobre 1961. En 1972, un référendum met fin au fédéralisme. Les deux Etats fédérés disparaissent pour faire place à un seul Etat, avec une seule Assemblée nationale. Minorité anglophone . Très largement francophone, le Cameroun comprend actuellement dix régions dont deux majoritairement anglophones, le Nord-Ouest (capitale: Bamenda) et le Sud-Ouest (capitale: Buea). Les anglophones représentent environ 20% des 23 millions d’habitants.AFP