Partager

Grande première depuis le lancement de l’événement en 2000, la délocalisation de la SENAFAB a tenu toutes ses promesses. La salle Mieru Ba, estimé à 1000 places a failli tous les soirs refuser du monde.

Calmement et sans beaucoup de bruits, les habitants de la cité des balanzans prenaient d’assaut la salle dès le petit soir pour voir des films maliens et africains de belle facture.

Le temps d’un week-end, les responsables chargés de la promotion du cinéma au Mali ont compris que l’engouement des Maliens pour le cinéma bien fait est resté intacte malgré la longue hibernation provoquée par l’absence de salles de cinéma digne de ce nom, pratiquement dans toutes les villes du pays.

A la cérémonie d’ouverture, le ministre de la culture a indiqué que la rencontre s’inscrit dans le cadre d’une dynamique de promotion d’ensemble du secteur culturel conformément aux nouvelles orientations de la politique du département.

Cependant, le ministre a estimé qu’il n’est pas étonnant que Ségou accueille cet événement culturel majeur de la création cinématographique.

Selon lui, le dynamisme et le formidable potentiel d’expression culturelle de cette terre chargée d’histoire apporte à la culture et à l’art universel en termes d’amour, d’ouverture, de cohabitation, de paix et de beauté.

A propos du thème de la 4ème édition de la SENAFAB, le ministre a indiqué que choix du thème « Jeunesse et cinéma » n’est pas fortuit. « Il exprime un souci mais aussi un espoir, en même temps qu’il nous offre l’occasion de rappeler des choses essentielles » a-t-il indiqué.

Le ministre a estimé que le cinéma est un précieux instrument d’accomplissement individuel et collectif. Selon lui, le Centre National de Production Cinématographique (CNPC) a été érigé en un établissement public à caractère administratif doté de l’autonomie financière.

Il est désormais dénommé le Centre National de la Cinématographie du Mali. Le ministre a aussi annoncé la relecture en cours du code de l’industrie cinématographique afin de répondre aux exigences du contexte actuel et la rénovation et la construction de salles à travers le pays.

Mieux, Cheick Oumar Cissoko a souligné que la 4ème édition de la SENAFAB se distingue par le fait qu’elle se situe dans une période qui se caractérise par un bilan de production positif avec de nouvelles affiches.

Ce sont : la série policière « Commissaire Balla », le long métrage « Faro, la reine des eaux »
de Salif Traoré et le long métrage de dessin animé « Ségou Fanga » de Mambaye Coulibaly.

A. K

28 mars 2006.